Le marché immobilier s’emballe et c’est pas fini, dixit les notaires…Essentiellement porté par l’attractivité des taux d’intérêt historiquement bas (1, 12 % en moyenne toutes durées confondues selon le dernier Observatoire Crédit logement CSA), le marché immobilier a été particulièrement dynamique en 2019. Pour preuve, il a battu un RECORD ABSOLU avec 1 059 000 transactions dans l’ancien en France en 2019…du jamais vu !! Cela représente 100.000 transactions de plus qu’il y a un an, soit une hausse annuelle de 10,4%.

 

L’augmentation des prix dans les villes sur un an :

Sur un an, les plus fortes hausses ont été enregistrées à Lyon et Nantes + 10% suivie de Rennes + 7,6%  et Saint-Étienne + 7,7%. Viennent ensuite Paris +6, 3 %,  Toulouse + 5, 7 %, Nice + 3, 8 %, Orléans +3, 4 %.  Une exception, Reims, qui est la seule ville à enregistrer une légère baisse des prix sur un an –2,7%. Reims fait partie de ces villes où l’on peut devenir propriétaire d’un logement autour des 2 000 €/m2. C’est aussi le cas pour Orléans, Dijon, Saint Etienne et Le Havre.

 

Explosion des prix en 10 ans : Bordeaux + 79 – % Lyon + 62 % -Paris + 61 %.

Les notaires mettent en exergue l’évolution des prix sur une décennie.

Depuis 2009, 8 villes ont connu des hausses supérieures à 20%… : Lille avec une augmentation de +21%, Toulouse avec  +22%, Strasbourg avec +25%, mais aussi Rennes avec une augmentation de +34% et enfin Nantes avec +39% .

3 villes dépassent les 60 % d’augmentation :  Paris avec +61%, Lyon  avec +62% et Bordeaux avec +79% !!! Incroyable mais vrai !

A l’opposé, 6 villes ont vu les prix au m2 diminuer sur cette période de 10 ans  : Saint-Étienne avec une baisse de –27%, Le Havre avec -10%, Toulon avec –5%, Grenoble avec –4%, Reims avec -2% et Dijon avec une baisse de –2%.

 

A Paris, 10 300 €/m2 en moyenne en janvier 2020

Le marché de la capitale est coupé en trois, entre l’Est à moins de 10.000 euros le m2, le Centre, à plus de 12.000 euros le m2 et l’Ouest, entre les deux. Les écarts de prix les plus importants : 14 180€/m2 dans le 6ème pour le plus cher… à 8 490 €/m2 dans le 19ème pour le plus « abordable ». Côté quartiers : La Goutte d’Or (18ème) s’affiche en moyenne à 7950 €/m2 tandis qu’à Odéon (6ème), le prix d’un appartement culmine à 16 000 €/m2. Le rapport entre le quartier le plus cher et le moins cher s’établit à 2. Cet écart est au plus bas historique (au 4ème trimestre de l’année 2000, le rapport entre le quartier le plus cher et le moins cher atteignait 5 !)

A Paris, au 3ème trimestre 2019, le prix au m2 était en hausse de +6,1% par rapport au 3ème trimestre 2018. D’après les indicateurs avancés sur les avants-contrats, une légère accélération de la hausse des prix pourrait même se produire sur le 4ème trimestre…

 

 

L’évolution des prix en région parisienne

Les hausses des prix des appartements restent plus fortes à Paris avec +6,1% et en proche couronne avec +4,5%, alors qu’en grande couronne, les prix n’évoluent presque plus…

Les prix au m2 standardisés des appartements en petite couronne, sont de 5000 €/M2 en moyenne. Il faut noter que le seuil des 6000 €/M2 a été dépassé dans le département des Hauts de Seine au 3ème trimestre 2019.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chez Homelike Home, on a déjà élargi nos recherches au Grand Paris…d’ailleurs pour mieux se rendre compte de ce chantier titanesque, on a même visité la construction de la future ligne 15 avec la visite du Tunnelier de Villiers sur Marne.

 

 

Que nous réserve l’année 2020 en terme d’immobilier ? 

Ce qui est certain, c’est que rien ne semble freiner le marché ! À l’heure où Paris a été élue ville la plus attractive d’Europe pour les investisseurs immobiliers, et où le nombre de transactions ne cesse d’augmenter, les prévisions du prix au mètre carré continuent de progresser. Ainsi, selon les projections des avant-contrats, le prix moyen d’un appartement parisien va atteindre 10.300 €/m2 en janvier 2020 (+ 7% sur l’année 2019). 

Alors que l’ensemble des départements franciliens affichent des volumes d’activité importants (en 1 an, +6% de nombre de ventes d’appartements en IDF et +9% pour les maison), le marché parisien affiche une stabilité du nombre de ventes en un an. Ce moindre dynamisme s’explique par un manque d’offre…Cet effet de rareté ne fait qu’augmenter la croissance des prix dans la capitale. On connait bien ce phénomène de rareté chez Homelike Home, car nos chasseuses sont obligées de se battre pour faire passer une offre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En espérant que l’effet grève que nous connaissons depuis le 5 Décembre 2019 ne fasse pas fuir les étrangers, qui avaient déjà fuit la capitale avec l’effet Gilets Jaunes. En effet avec l’absence de métros et de moyens de transport en Ile de France, les bouchons de plus de 600 km, il faut être motivé pour avoir envie d’investir à Paris et en IDF depuis le début du mois de Décembre 2019…Vivement 2020 !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>