Avant que les vacances arrivent, on aime bien partager avec vous les derniers chiffres publiés par les notaires de Paris.

Alors, voici un petit récapitulatif des tendances de l’année et surtout des attentes pour cette fin d’année, avec une analyse socio-démographique pour enfin comprendre qui sont ces fameux acheteurs….?

En 2017, plus de 220 000 logements neufs et anciens ont été vendus en Ile de France. Les ventes d’appartements constituent les 3/4 des ventes.

On constate qu’il y a de plus en plus d’acheteurs, avec un déséquilibre croissant entre l’offre et la demande, et des prix qui flambent. Comme vous avez pu le remarquer…ça monte…ça flambe….on peut même dire que les prix explosent à Paris.

Quelles sont les différences de prix et de marché immobilier entre Paris, petite couronne et grande couronne ?

 

1°- Le marché immobilier parisien se porte à merveille et le prix au M2 atteint des sommets à 9070 €/M2 pour le 1er trimestre 2018 !! qui dit mieux ? D’après les indicateurs avancés sur les avants contrats des notaires franciliens, on pourrait atteindre un prix de 9360 €/ M2 en juillet 2018 pour Paris, soit une hausse de 6,2% en 1 an.

Le volume des ventes est de 8750 logements à Paris au 1er trimestre 2018. Au 1er trimestre 2018, les prix varient entre 6660 €/M2 dans le 75018 à La chapelle et 14 880 €/M2 dans le quartier de Saint-Thomas d’Aquin dans le 75007.

On note surtout que les écarts de prix continuent de se resserrer entre l’arrondissement le plus cher et le moins cher..gentrification oblige mais ils sont encore bien présents puisque le 6ème arrondissement est encore 1,7 fois plus cher que le 19ème arrondissement. Les 7 arrondissements centraux sont à plus de 10 000 €/M2

Pour l’Ile de France, le prix au M2 devrait atteindre 5870 €/M2 en juillet 2018. En revanche, on note une baisse du volume des ventes en Ile de France de -3% en 1 an. Le volume des ventes d’appartements anciens s’établit à 124 000 ventes en 1 an pour l’Ile de France

Le marché s’appuie toujours sur 3 facteurs clés :

  • des taux d’intérêt extrêmement bas puisqu’on parle en moyenne de 1,5% sur 20 ans
  • des facteurs fondamentaux qui nourrissent la confiance accordée à l’immobilier comme le désir de devenir propriétaire, de constituer un capital sécurisé pour préparer sa retraite, et surtout la difficulté pour se loger au quotidien, avec un déséquilibre toujours plus marqué entre l’offre et la demande…
  • une conjoncture économique beaucoup plus dynamique et un marché du travail qui devrait être moins tendu

Donc un marché qui nécessite d’être accompagné par un bon chasseur immobilier, car il faut être les premiers à visiter et à faire l’offre.

 

 

2°- En ce qui concerne la petit couronne, les hausses annuelles des prix des appartements oscillent entre 3 et 5%.

Le prix d’un appartement ancien au 1er trimestre 2018 s’établit à                      4 540 €/M2, avec une augmentation de+ 4,2% en 1 an.

On attend une hausse des prix un peu plus forte sur les maisons, avec un prix de vente moyen de 372 000 € en petite couronne et une augmentation de +4,5% en 1 an.

Le volume des ventes est de 15 500 logements en petite couronne au 1er trimestre 2018, avec encore une majorité d’appartements.

 

3°- En grande couronne, le prix au M2 des appartements s’établit à 2970 €/M2

Le volume des ventes est de 17 140 logements en grande couronne, avec une répartition équivalente entre maisons et appartements au 1er trimestre 2018. En ce qui concerne les ventes d’appartements, l’activité est très dynamique notamment dans le Val d’Oise, avec une augmentation des prix de +1,1% en 1 an.

Le marché de la vente d’appartements semble plus dynamique que le marché de la vente de maisons, qui lui a baissé de -4% au 1er trimestre 2018 versus le 1er trimestre 2017 .

En revanche le prix des maisons a davantage augmenté, puisque la hausse est de +2,8% en 1 an versus +1,1% pour les appartements.

Contrairement au marché des appartements, l’évolution annuelle du prix des maisons devrait progresser d’ici l’été.  Le prix moyen d’une maison ancienne s’établirait à 312 400 € en juillet 2018 (versus 302 600 € au 1er trimestre 2018). il s’est donc vendu 57 420 maisons anciennes en Ile de France sur 1 an, à un prix moyen de 302 600 €.

 

On peut donc dire que même si l’activité du marché immobilier francilien ne progresse plus en de début d’année 2018, après une année record en 2017, elle reste cependant très dynamique.

On constate quand même que le manque d’offre et les prix élevés, trop élevés parfois, pèsent sur les volumes de vente dans Paris, puisque l’activité a ralenti au 1er trimestre 2018, avec un recul de 10% par rapport au 1er trimestre 2017.

 

Conclusion, un été tendu avec toujours aussi peu d’offres mais certainement un peu moins d’acheteurs avec des prix aussi élevés…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>