Depuis 3 ans, « La Belle Endormie » girondine (maintenant bien réveillée…) est devenue la bonne élève française, et collectionne les titres et les médailles : lauréate du trophée « European Best Destination » en 2015, ville la plus attractive pour le « Lonely Planet » en 2016, meilleure destination en 2017 pour le « Los Angeles Times », « France’s greatest city » pour le Telegraph, ville préférée des français, et notamment des cadres parisiens….

 

C’est donc sans surprise que le bilan de l’année immobilière 2017, la révèle également comme médaille d’or de la hausse des prix… (et ce, pour la 2e année consécutive)

 

Les chiffres compilés par LPI-SeLoger à fin janvier 2018, montrent que le prix des logements bordelais intra-muros ont augmenté de 14,3 % en 1 an, record français absolu, loin devant Lyon (+9,1%) et Paris (+7,8%).

Le prix moyen bordelais, dans l’ancien, atteint maintenant 4 367 €/m², les quartiers les plus prisés étant le secteur central Hôtel de Ville-Quiconces-Saint-Seurin-Fondaudège (5 525 €/m2 en moyenne), le quartier Grand Parc / Chartrons / Paul Doumer (4 971 €/m2 en moyenne), et celui des Capucins / St Michel / Nansouty / St Genès (4 422 €/m2).

En 2017, Bordeaux devient ainsi la grande ville de province la plus chère, en passant devant Nice.

 

 

Peut-on pour autant parler de bulle immobilière à Bordeaux ?….

 

L’attractivité nouvelle de la ville, qui amène 10 000 nouveaux bordelais chaque année, et accentue le déséquilibre offre/demande de l’immobilier, n’explique pas à elle seule la hausse importante des prix de ces 2 dernières années. Selon les notaires de France, nous avons tout de même assisté à un phénomène de rattrapage des prix, notamment par rapport à la ville de Toulouse.

 

Malgré un niveau de prix à présent très élevé, MeilleursAgents estime (sur la base de 4 paramètres : dynamique démographique, bonne santé du marché de l’emploi, amélioration du cadre de vie et développement des infrastructures) que Bordeaux fait toujours partie des villes à potentiel de plus-value : selon le site, d’ici à quinze ans, Bordeaux devrait générer de 10 à 20 % de surperformance par rapport à la moyenne des prix des 10 plus grandes villes de France (de même que Paris).

On ne peut donc pas parler de bulle, mais plutôt d’un atterrissage en douceur, qui apparaît nettement quand on analyse plus finement l’évolution de l’activité immo bordelaise récente : l’indice de tension immobilière (ratio demande / offre), après avoir grimpé de 48% entre septembre 2016 et juin 2017, a reculé de 18% entre mai et décembre 2017

Et pour la première fois depuis 18 mois, les prix ont évolué de 0% entre janvier et février 2018…..

 

C’est donc une année immobilière certes active, mais plus sereine, qui se profile à Bordeaux….. et c’est tant mieux !

Malgré tout, la demande est toujours entièrement concentrée sur les biens de qualité, qui restent rares et se vendent très vite…. rendant toujours ardue une recherche efficace quand on est loin ou que l’on manque de temps. Heureusement, Homelike Home Bordeaux est là pour vous aider !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>