Initié en 2007 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le projet du Grand Paris a pour ambition de transformer l’agglomération parisienne en une grande métropole du XXIème siècle, en imaginant un Paris plus grand et en apportant des réponses en matière de transports, d’urbanisme et de gouvernance. La métropole du Grand Paris, à l’échelle de mégapoles comme Londres ou New-York, prend forme progressivement.

Après une activité intense avec pas moins de 10 tunneliers en pleine activité sur la ligne 14 sud, la ligne 15 et la ligne 16, l’activité des travaux souterrains en France a été freinée avec le premier confinement. Nous avions réalisé une visite d’un tunnelier avec l’équipe Homelike Home en novembre 2019, afin de mieux appréhender l’ampleur des travaux, et surtout l’évolution de l’habitat en petite et grande couronne.

 

Le projet du Grand Paris :

En tout, le Grand Paris comptera près de 7 millions d’habitants, ce qui en fait la plus importante métropole française. Celle-ci est organisée en 12 territoires d’au moins 300 000 habitants et étendue sur 814 km², soit huit fois la superficie de la Ville de Paris.

L’ambition du Grand Paris de demain en quelques idées :

  1. Une ville de Paris mieux armée pour défendre son statut de « ville-monde », au travers de la conduite de grands projets emblématiques.
  2. Une métropole de la connaissance dont le développement économique s’appuiera sur la création ou le renforcement de grands pôles de compétitivité.
  3. Une métropole plus intense.
  4. La route et le transport routier repensés, et une offre de transports publics renforcée.
  5. Des centres urbains créés ou renforcés.
  6. Des quartiers mieux intégrés.
  7. Des ceintures vertes préservées.
  8. La mise en valeur de la Seine et de ses affluents, comme fils conducteurs de la métropole.
  9. Une gouvernance adaptée, afin de permettre un développement plus harmonieux et cohérent.
  10. Et surtout… Un Grand Paris pérenne dans le temps…

 

Développement des transports :

L’objectif du Grand Paris est de mettre en commun toutes les ressources de ses territoires pour répondre aux enjeux majeurs : la modernisation et le développement du réseau de transport, la construction de nouveaux logements, le développement de l’activité économique et la transition énergétique.

Dès les premières réflexions sur le Grand Paris, le transport est apparu comme un levier majeur dans la construction d’une nouvelle métropole. Chaque jour, 8,5 millions de voyageurs empruntent les transports en commun en Île-de-France. Certaines lignes, comme la 13 et les RER A et B, sont arrivées à saturation et les déplacements des Franciliens sont devenus de plus en plus longs. Les habitants d’Île-de-France passent en moyenne 1 heure et 20 minutes dans les transports au quotidien. Même si les nombreux confinements et la mise en place du télétravail a poussé bon nombre de parisiens et franciliens à partir en province, et à s’installer « au vert », il faut envisager le développement des transports en commun dans un futur proche.

Afin de répondre à la forte augmentation du trafic (+21% en 10 ans), le Grand Paris Express, métro automatique, doit proposer 4 nouvelles lignes autour de Paris (lignes 15, 16, 17 et 18). L’objectif est de permettre aux franciliens de se déplacer de banlieue à banlieue grâce au Grand Paris Express sans avoir à transiter par le centre de Paris. Ce développement des transports devrait favoriser une diminution des déplacements en voiture des Franciliens permettant ainsi de réduire la pollution et les embouteillages.

Sur les 5 tronçons du Grand Paris Express, 4 devaient être achevés en 2024 dans la perspective des Jeux Olympiques, et seulement 2 devraient être finalisés dans les temps :

  • le prolongement de la ligne 14 qui ira de l’aéroport d’Orly à Saint-Denis Pleyel
  • la ligne 16 entre Clichy-Montfermeil et le Bourget-RER

Au-delà des décalages de calendriers causés par la crise sanitaire, la raison de ces retards est liée à la complexité de cet immense chantier qui aurait été sous-estimée, notamment sur les besoins en main d’œuvre.

Création de nouveaux logements :

La création du Grand Paris Express a pour objectif de désenclaver certains territoires mal desservis et d’accroître ainsi l’offre de logements en Ile-de-France. La pénurie de logements en France métropolitaine est un sujet de société majeur. A Paris, la rareté de l’offre a engendré une hausse des prix de l’immobilier sans précédent, qui empêche de nombreux ménages de pouvoir se loger.

Pour sortir de cette crise, le Grand Paris doit rattraper son retard dans la construction de logements neufs et proposer aux Franciliens des habitations à des prix accessibles. La loi relative au Grand Paris prévoit de construire 70 000 logements chaque année sur une période de 25 ans, dont 30% de logements sociaux. Ces logements neufs vont se concentrer aux abords des futures gares du Grand Paris Express, dans le but de désengorger la Ville de Paris. De nombreux quartiers vont voir le jour le long de ce réseau de transport, mêlant logements, commerces, bureaux et équipements culturels.

Ces nouvelles constructions devront s’inscrire dans un nouveau modèle de ville durable.

Nouvel essor économique :

Premier pôle d’emploi en Europe et première destination touristique mondiale avec près de 47 millions de visiteurs par an, le Grand Paris est un moteur important de l’économie nationale.

À court terme, le Grand Paris Express va créer près de 15 000 emplois directs par an pour la réalisation des travaux de génie civil.

À long terme, la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Ile-de-France estime que le Grand Paris apportera une richesse supplémentaire de 140 milliards d’euros au PIB français et plus de 60 milliards d’euros de recettes publiques par an, à l’horizon 2030.

Une fois les travaux du Grand Paris Express terminés, 90% des Franciliens habiteront à moins de 2 km d’une gare selon la Société du Grand Paris. Des déplacements facilités et plus rapides qui offriront aux Franciliens un meilleur accès aux zones d’emplois.

Tout ceci malgré un coup d’arrêt des constructions dans les villes :

 

Alors que le besoin de logement reste fort, le volume des permis de construire a reculé de -16% en 1 an ! Or la construction de logements est nécessaire pour préserver le dynamisme d’une ville, et surtout pour « canaliser » l’explosion des prix.

Mais les français ne sont pas favorables à la présence de grues dans leur ville. De plus, bon nombre d’élus écologistes à la tête des grandes villes comme Lyon, Bordeaux, ont donné un coup d’arrêt aux chantiers alors même que la crise a mis l’accent sur la qualité nécessaire des logements en terme de santé et de bien-être. Ces nouveaux maires ont décidé de réexaminer les projets en cours mais aussi de stopper toutes nouvelles constructions durant leur mandat. De plus, l’évolution législative, avec la suppression du coefficient d’occupation des sols, a donné un pouvoir supplémentaire aux maires. Les grues ne sont pas les bienvenues dans les paysages urbains. Il faut surtout redévelopper les villes moyennes en appui des métropoles, car bon nombre de français peuvent bénéficier du télétravail.

 

Chez Homelike Home, on vous aide à trouver votre futur Home Sweet Home et aussi vos futurs bureaux avec Homelike Office, aussi bien à Paris, Grand Paris, mais aussi en province, aussi bien à Aix en Provence, Bordeaux, Lyon, Lille, Marseille, Nantes, Nice, Normandie, Le Perche…Confiez nous votre recherche et profitez de votre été en toute tranquillité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>