NANTES, Cité des Ducs de Bretagne a le vent en poupe, et encore plus depuis la pandémie de la  Covid 19.

Un marché en perpétuelle augmentation

Il faut compter un prix moyen au m2 de plus de 3000 € pour devenir propriétaire à Nantes :
Pour un appartement, il faut compter 3577 €/m2 (de 2391 à 4731 euros)
Pour une maison, il faut compter 4418 €/m2 (de 2952 à 5853 euros)

On note un décalage entre l’offre et la demande, avec l’arrivée de nombreux parisiens en mai 2021 à Nantes. Le nombre d’acheteurs est supérieur de 12% au nombre de biens à vendre.

Conséquences dans les prochains mois, les prix de vente devraient augmenter et les délais de vente devraient diminuer.

Face à la pénurie de l’offre, les délais de vente sont très courts. Un logement en bon état, qui bénéficie d’une bonne situation géographique et qui est présenté à un prix de vente conforme au marché, se vend en une seule journée. Il n’est pas rare que les agences vendent sans avoir réalisé de publicité sur la base de leur fichier client. D’où l’intérêt d’avoir un chasseur immobilier sur place qui bénéficie de son propre réseau, qui  cherche et visite à votre place.

Il y a tout lieu d’être optimiste pour l’avenir du marché immobilier nantais. Il pourrait y avoir une éventuelle régulation de marché, car il est très haut. Les prix pourraient évoluer à la baisse si les taux de crédit immobilier remontent, mais nous ne sommes pas du tout, aujourd’hui, dans une bulle immobilière. La demande locative est aussi importante que celle sur le marché de la transaction. Elle excède largement l’offre de biens disponibles à la location. La plupart des locations se font à partir des fichiers clients des agences, qui n’utilisent même plus les canaux de publicité, pour éviter de créer de la frustration et du mécontentement chez les candidats locataires.

Un marché en pleine évolution

En voyant le nombre de sites internet et blogs dédiés aux parisiens qui veulent fuir la capitale, en lisant les témoignages des uns et des autres sur ces mêmes sites, en comptant le nombre d’appels à l’aide, de futurs ex-parisiens qui cherchent un logement à Nantes, à louer ou à acheter… oui certains parisiens font le choix de Nantes.

Et si c’était déjà vrai depuis quelques années, ce mouvement est de plus en plus d’actualité cette année grâce au développement du télétravail.

Les critères et les questionnements sont souvent les mêmes :

  • Trajet rapide et facile vers Paris 2h00 de TGV
  • Le prix de l’immobilier, son évolution
  • Comment se porte le marché ? Qui achète quoi ? Maison ? Appartement ?
  • Géolocalisation idéale : ville proche de l’océan… surtout quand on habite l’ouest
  • Bassin d’emploi dynamique
  • On compte de nombreuses écoles
  • Une ambition culturelle
  • Nombreux espaces verts
  • Le réseau des transports en commun est-il bien développé : lignes de Tram,  lignes de bus, pistes cyclables…
Les professionnels de l’immobilier à Nantes le disent : le marché fonctionne en flux tendu. Il n’est pas rare de voir des biens se vendre en moins de 24h ! Ceci est lié à une forte pression démographique : les nouveaux arrivants sont nombreux, selon l’Insee, la population de la ville de Nantes a augmenté de 17 740 nouveaux habitants entre 2012 et 2017, et la Métropole nantaise en a accueilli 43 600, sur cette même période. Le recensement effectué en 2020 devrait confirmer cette tendance : toujours selon l’Insee, la métropole devrait compter 100 000 habitants de plus d’ici 2030.

Ces arrivées ont un impact important sur le marché de l’immobilier : la demande est plus forte, le prix des biens plus rares s’envolent. Depuis 10 ans, les prix de l’immobilier ont augmenté de près de 50 %. Le centre ville remporte la faveur des acheteurs, et notamment l’immobilier ancien.

 

Négocier le prix d’un bien immobilier, partout en France comme à Nantes devient plus compliqué ! Les marges de négociations sont faibles, voire inexistantes. L’offre de logements disponibles à la vente est de plus en plus rare, mais les acheteurs sont toujours là. Lorsqu’une opportunité se présente, les acquéreurs ont peu de temps pour faire une offre et doivent souvent accepter le prix proposé pour êtres certains d’obtenir le bien.

Quel est l’avenir pour ce marché immobilier ?

Les professionnels ont des visions un peu différentes sur la tendance des prochains mois. Le site Meilleurs Agents annonce que les prix des logements devrait se stabiliser d’ici septembre 2021, mais ne devraient pas baisser.
D’autres, annoncent qu’avec la hausse du chômage et un pouvoir d’achat fragilisé, certains propriétaires devront malheureusement vendre leurs biens pour s’en sortir. L’offre de biens disponibles devrait donc augmenter et la demande baisser. Si ce phénomène se confirme, les prix de l’immobilier baisseront inévitablement.
Le dernier confinement a marqué un nouvel arrêt du marché, même si les professionnels du secteur de l’immobilier étaient mieux préparés, grâce à la mise en place d’outils digitaux : visites filmées, signatures électroniques. Le chômage devrait encore s’accentuer dans les mois à venir et la période de fin d’année n’est jamais propice à l’investissement. Les projets immobiliers risquent donc d’être repoussés à plus tard…

Il n’est pas facile de trouver un logement à Nantes et dans ce contexte si particulier les choses se compliquent encore davantage. C’est pourquoi il est important de s’entourer de professionnels du métier, et notamment d’un bon chasseur immobilier !

Qui achète quoi ? Maison ? Appartement ?

Selon L’observatoire de Loire-Atlantique, entre 2009 et 2019 le nombre de transactions de maisons a augmenté sur le département, passant de 8 100 à plus de 15 000 en 2019, point culminant, pour une surface moyenne de 67 m2 sur la commune de Nantes.
En 2019 dans la métropole de Nantes, 42 % des transactions immobilières étaient des appartements.

La demande immobilière à Nantes, demeure tournée principalement vers les appartements. Cependant, certains quartiers pavillonnaires sont recherchés : Chantenay- Sainte Anne et le quartier Doulon.

Envie de découvrir cette belle ville de Nantes, ultra dynamique, notamment avec le développement de l’ile de Nantes, le déménagement de nouvelles écoles, les jeunes pousses, l’implantation de nombreuses start-up, et surtout la mer facilement accessible à 30 mn de route…contactez Charlotte Belleville, ancienne expatriée à Dubai et ancienne parisienne, qui se fera un plaisir de répondre à toutes vos interrogations et qui, pour rien au monde quitterait cette jolie ville de Nantes !

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>