echange

 

 

 

 

Pendant ces périodes de fêtes, où la consommation est poussée à l’extrême, fleurissent sur la toile des articles et des sites poussant à consommer moins, ou autrement, par exemple en troquant. Et sur les blogs de « consommation collaborative » commencent à être cités quelques sites…. d’immobilier.

Si le troc immobilier n’est pas très répandu – on parle ici du « vrai » troc, définitif, et non du simple échange d’appart pour les vacances- il existe néanmoins, avec des règles bien précises!

L’échange définitif est établi dans un acte notarié. Mais quid des frais de notaire?

Dans le cas où les biens échangés sont de même valeur, les droits d’enregistrement (ou frais de notaire, soit 5% de frais de mutation + émoluments du notaire + frais d’acte, pour un total de 7% environ) ne sont payés que pour un des 2 biens.

Dans le cas où les biens échangés sont de valeur différente, seule la différence de valeur entre les biens (=la soulte) est soumise à la totalité des droits d’enregistrement (7% environ), la valeur du moins cher des deux biens étant soumise aux frais de mutation seulement (5%)

Dans tous les cas, l’économie réalisée sur les frais de notaire est d’environ 50%.

Les sites proposant ce concept (par exemple echangedefinitif.com ou echangeimmo.fr), mettent en avant d’autres avantages, comme l’absence de besoin de financement (limité à la soulte), et la simultanéïté de l’échange (pas de location temporaire, ou de prêt relai).

Mais les inconvénients sont évidents également: il faut que les biens soient déjà financés préalablement à l’échange (or il est rare à Paris qu’un propriétaire n’ait plus de prêt en cours sur son appartement!), et surtout, l’échange doit résulter d’une « double envie », celle qu’un échangeur peut avoir pour le bien de l’autre…. Quand on sait que chacun des échangeurs est en général un être à deux têtes, qui doivent déjà se mettre d’accord entre elles, cela nous semble tenir du miracle! 😉 Pour pallier à cette difficulté, certains sites font d’ailleurs des suggestions d’échanges entre 3 propriétaires plutôt que 2, en fonction des souhaits exprimés!

Malgré ces tentatives de développement d’une « nouvelle voie » de marché immobilier, l’échange d’appart ne semble pas (encore?) très prometteur sur Paris …. d’ailleurs, si le besace de Homelike Home est déjà bien chargée en nouvelles recherches pour 2015 , aucune d’entre elles ne concerne un échange potentiel ( ouf! 🙂 )

  1. Il est vrai qu’avec la crise du secteur immobilier, les particuliers ou même certains professionnels optent pout cette voie étant donné que les frais du notaire etc. sont actuellement élevés. Mais cette solution reste néanmoins risquée, surtout sans l’intervention de professionnels, si l’on ne parle que de l’amortissement d’un bien qui ne serait pas équivaut à celui de l’autre bien en échange. Mais l’échange entre plusieurs biens immobiliers dépasse, selon moi, les normes.

Les commentaires sont fermés