Les choses bougent, même en été chez Homelike Home !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lara bel, associée depuis 2005 avec Christine Pelosse, ouvre l’antenne de Homelike Home à Bordeaux dès la rentrée prochaine.

Olivia Samson, architecte de renom avec sa société so-workshop et chasseuse émérite depuis presque 8 ans chez Homelike Home, devient associée…et c’est pas fini car les choses évoluent encore à la rentrée…

 

 

D’ici là, on vous souhaite de supers vacances et on vous retrouve en pleine forme avec plein de nouvelles croustillantes à vous annoncer….

 

 

 

On vous a déjà parlé de Charlotte, puisqu’on a même fait son portrait chinois, il y a quelques jours. Charlotte, parisienne de naissance, a vécu 3 ans à Londres et vient de rentrer à Paris, et surtout de rejoindre la dream team Homelike Home.

Charlotte connait Paris comme sa poche, car elle est née là et a surtout travaillé 10 ans dans l’audiovisuel avant de se décider à s’expatrier à Londres. Mais Charlotte connait aussi bien Londres puisqu’elle a vécu 3 ans dans cette belle capitale…

Alors, en cas de besoin, aussi bien à Paris qu’à Londres, vous saurez à qui vous adresser chez Homelike Home.

 

 

 

Quelle équipe de choc et quel rêve de pouvoir se retrouver régulièrement autour d’un petit déjeuner, dans les endroits magiques de Paris, tel que le Palais Royal.

Pas facile de se réunir quand l’équipe de Homelike Home grossit de mois en mois…Ce jour là, on a décidé de se retrouver au palais Royal et de faire un petit déjeuner dans un des endroits les plus agréables de Paris. Car même si très touristique avec ses colonnes de Buren, le Palais Royal reste un endroit magique où il fait bon flâner…

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour poursuivre la série de portraits de la Dream Team Homelike Home, nous vous présentons aujourd’hui notre « petite anglaise » Charlotte !

 

Parisienne d’origine, anciennement chargée de programmation cinéma pour la télévision, Charlotte est fraîchement débarquée de Londres!
Elle y a travaillé ces 2 dernières années en relocation, et a donc aidé des dizaines de familles à dénicher leur home sweet home londonien. En rejoignant Homelike Home, elle a donc simplement changé de terrain  de jeu 😉

 

Elle-même confrontée aux contraintes du déménagement Londres-Paris (et l’inverse), elle saura guider avec brio des acquéreurs qui traversent ce process…. (et notamment ceux qui doivent quitter Londres suite au Brexit, nous en parlions ici…)

Et si vous voulez découvrir Londres, son architecture et ses bonnes adresses, à travers l’oeil de 2 françaises passionnées, n’hésitez pas à consulter le blog de Charlotte : www.london2ofakind.com

 

 

Charlotte, en quelques mots, ton parcours ?

Après des études de cinéma, j’ai travaillé 10 ans dans une célèbre chaîne de télévision à la programmation cinéma…. jusqu’à ce que mon envie de vivre à Londres soit plus forte que tout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment es-tu devenue « dénicheuse d’apparts » ?
A mon arrivée à Londres, j’ai moi-même fait appel à une chasseuse d’appartement, et j’ai adoré passer la journée avec elle, visiter plusieurs appartements et apprendre plein de choses sur Londres et ses quartiers. Ca a été une révélation pour moi. J’ai ensuite déménagé dans le nord de Londres et j’ai cherché mon appartement toute seule. Suite à ça, mes amis m’ont demandé de les aider pour trouver leur « home sweet home », puis les amis d’amis et les collègues d’amis… c’est comme ça que tout a commencé.

 

 

 

D’où viens-tu ?

Parisienne pure souche depuis 2 générations, je suis née dans le 11eme arrondissement.

 

Pourquoi avoir choisi Paris ?

Je n’ai pas choisi Paris, Paris m’a choisie!

 

Grâce à ton métier, tu parcours tout Paris en long, en large, et en travers. .. mais si tu étais un arrondissement, un seul, tu serais…?

Difficile question! Chaque arrondissement a une spécificité, une ambiance différente, ils sont tous complémentaires. Mais si je devais choisir, je serais le 2ème. J’aime son architecture, son effervescence en semaine et son calme le weekend, son emplacement central, ses rues étroites, son habitat typique….

 

 

Et une rue en particulier ? 

La rue Montorgueil. Pour moi elle est l’essence parisienne : avec ses commerces de bouche, ses bistrots, ses boutiques et son ambiance, tout est réuni!


Si tu étais un parc ou un jardin ?

 

Côté parcs et jardins, Londres est bien plus fournie que Paris….Je serais donc le parc « Hampstead Heath » dans le nord-ouest de Londres : le plus grand parc urbain européen. C’est un parc vallonné et boisé avec une magnifique vue sur Londres. On peut s’y balader des kilomètres sans apercevoir la ville et pourtant c’est à quelques stations de métro de la bouillonnante Oxford Street.

 

 

 

 

 

 

Une boutique ?

Le shopping est mon pêché mignon, je l’avoue, et en terme de mode, de déco, de maroquinerie, de style, Paris est inégalable. j’ai une petite adresse secrète rue greneta dans le 2ème arrondissement : la boutique « Les Javottes ». Cette petite boutique toute mignonne regroupe les dernières petites marques de pret-à-porter parisiennes et françaises, de la déco, des bijoux, des chaussures… bref trouvailles et coup de cœur assurés!

 

Un objet déco ?  

Je suis une grande fan d’art, donc je serais une sculpture de Rodin par exemple, rien que ca!

Classique mais  intemporel: « le baiser »….

 

 

 

 

Et si tu étais un restaurant ?

Je serais un bistrot parisien avec une cuisine de tradition, le bistrot Paul Bert : des plats en sauce, des produits du terroir, de la bonne baguette. Ca m’a tellement manqué pendant mes quelques années à Londres !

 

 

 

Et si tu étais un style d’appart ?

Si j’étais un appartement sur Paris, je serais classique ou ancien, typique parisien, avec moulures et parquet ou poutres et tomettes, avec une jolie vue sur les toits de Paris, tout en étant refait à neuf de façon moderne et design.
Si j’étais à Londres, je serais une maison en brique rouge avec un bow window, une cuisine design avec îlot central, le tout ouvert sur mon jardin fleuri dans Hampstead of course!

 

De toutes tes recherches, quelle est celle dont tu es la plus fière ? 

Je suis fière de toutes mes recherches. Elles ont chacune une histoire différente : un début et surtout une fin…heureuse. Mais ma première recherche  à Londres où je balbutiais en anglais et dans le métier m’a rendue très fière.


Et celle qui t’a fait le plus transpirer ?

Celle qui m’a mis le plus la pression est bizarrement celle pour un couple d’amis proches et leurs 2 enfants. L’affect rentre en compte et ce n’est pas facile à gérer. Cela n’a pas été simple comme recherche car ils avaient beaucoup d’exigences et ils ont connu une grosse déception sur un appartement qu’il a fallu abandonner… mais cela s’est bien terminé avec un bel appartement spacieux et une jolie vue sur un parc.

 

Qu’aimes-tu particulièrement dans ton métier ?

Il y a plusieurs étapes dans le métier de chasseur et elles sont toutes excitantes. La rencontre avec les clients, la recherche d’appartement, les visites, la négociation et surtout la concrétisation du projet de ses clients. Les journées sont toutes différentes,et intenses. J’aime accompagner mes clients dans un projet personnel qui représente beaucoup pour eux.

 

Et si tu devais en changer, tu serais…. ?

Ce métier est déjà une reconversion heureuse donc pour l’instant je n’envisage pas du tout un autre métier.

 

Allez, dernière question ! Si tu devais changer quelque chose dans Paris, ce serait… ?

Les parisiens! ahahah !

Un peu plus de civisme ne ferait pas de mal 🙂

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

Après un petit-déjeuner avec les agences de l’ouest à la Fabrique générale, l’équipe Homelike Home a décidé d’organiser son deuxième petit-déjeuner ce lundi 26 Juin, au Delirio dans le 11ème arrondissement. 

Tout au long de la matinée nous avons reçu nos agents partenaires de longues dates, ainsi que les agents que nous n’avions jamais rencontrés auparavant. L’occasion de parler business (mais pas que) dans un cadre chaleureux tout en grignotant de bonnes pâtisseries et en sirotant cafés bio et jus de fruits maison !

 

 Le Delirio c’est quoi ? 

Implanté depuis peu, le Delirio c’est la nouvelle adresse franco-colombienne du 11ème arrondissement. Vous y dégustez principalement du vin et du café torréfié sur place par Mariana et Damien. La décoration rend le lieu unique : vous ne pourrez pas louper le papier peint coloré ni l’arbre planté en plein cœur du café ! L’accueil et chaleureux, le lieu atypique, on vous conseille vivement d’y faire un tour sans oublier de goûter aux pâtisseries…

Et voilà, les petits-déjeuners avec les agences parisiennes c’est terminé pour cette année ! C’est un plaisir de travailler au quotidien avec ces agences depuis plus de 14 ans. Nous sommes très fières des liens que nous avons créés avec elles et nous espérons de tout cœur continuer à avancer à leur côtés, main dans la main !

 

Alors les filles c’était comment ce petit-déjeuner ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

La période estivale va bientôt battre son plein, et vous envisagez de louer votre joli nid parisien à des touristes pour quelques jours ou semaines, afin de financer vos vacances ?

Vous partez pour une mission de 6 mois à l’étranger, et pensez louer votre bien en saisonnier ?

Vous souhaitez acheter un investissement locatif en saisonnier, qui vous semble plus rentable qu’une location long terme classique ?

 

 

Voilà tout ce qu’il faut savoir sur les contraintes légales de la location saisonnière à Paris, avec les nouveautés 2017…..

La bonne nouvelle, c’est que la location saisonnière est soumise à une réglementation spécifique plus souple que la location traditionnelle: pas d’encadrement des loyers, pas d’obligation de rédiger un bail avec les contraintes de la loi ALUR.

L’autre bonne nouvelle est pour les propriétaires qui souhaitent louer leur résidence principale en saisonnier, ponctuellement : la loi ALUR les y autorise, jusqu’à 4 mois par an.

 

 

En revanche, pour tous ceux qui souhaitent louer en saisonnier une résidence 2ndaire, les choses se compliquent….

Depuis quelques années (ainsi que nous l’avons déjà évoqué ici et ici), la Mairie de Paris mène la chasse aux sorcières contre les loueurs saisonniers, inquiète de voir le marché locatif traditionnel s’appauvrir d’années en années (selon ses services, il s’agirait de 2 à 3000 biens concernés chaque année).

Dans ce but, elle a réactivé une réglementation existante mais tombée jusque-là en désuétude : l’article L 631-7 du Code de la Construction et de l’ Habitation, selon lequel un bien loué en saisonnier (location de durée inférieure à 12 mois, ou inférieure à 9 mois pour les étudiants) doit avoir une affectation commerciale, et non d’habitation (la location saisonnière étant une activité commerciale).

Pour louer son bien en saisonnier, le propriétaire doit demander une autorisation à la Mairie de Paris, laquelle autorisation est soumise au changement d’usage (d’habitation en commercial). Or la Mairie de Paris protège ses logements, et il est donc impossible d’obtenir un tel changement d’usage, sans transformer en échange une certaine surface de local commercial en habitation, dans le même arrondissement. Cette surface peut aller du simple au double de la surface de l’appartement concerné, selon les arrondissements : on parle de compensation renforcée quand c’est le double de la surface qui doit être fourni.

Ci-dessous, apparaissent en rouge les secteurs de compensation renforcée dans Paris :

Faute de local à fournir, il est possible d’acheter des m2 de « commercialité » à des bailleurs sociaux (la Mairie de Paris peut fournir des contacts de bailleurs qui en commercialisent, la côte des titres de commercialité étant actuellement de 1500 à 2000 €/m2).

Seule une centaine d’appartements seraient aujourd’hui loués en saisonnier dans Paris en toute légalité, à comparer aux 20 000 qui le seraient dans l’illégalité…

 


Un climat de « chasse aux sorcières » qui s’accentue au fil des mois, la Mairie de Paris poussant à la dénonciation

Pour palier à cette situation, la Mairie de Paris, après une première phase de « contrôles suprises » dans les immeubles du centre de la Capitale, est passée à la vitesse supérieure : sur le site opendata.paris.fr, elle met à disposition des voisins « vigilants » (et énervés par les allers-et-venues d’américains traînant bruyamment et à des heures indues, de grosses valises dans la cage d’escalier fraîchement repeinte) la liste des logements effectivement enregistrés, avec géolocalisation.
Avec une adresse mail dédiée, elle leur permet de dénoncer leurs voisins, afin de mieux cibler les contrôles (à quand les promesses de récompense?)

D’après le directeur de cabinet d’Anne Hidalgo, la Mairie souhaite « que cela provoque un espèce de choc de conscience de civisme, et que les gens se mettent en règle d’eux-mêmes, sans attendre d’être éventuellement signalés par un de leurs voisins ».

 


La nouveauté 2017 : le « décret Airbnb »

Le 30 avril 2017, a été publié au Journal Officiel l’un des derniers décrets de la loi Lemaire sur la République numérique.

Appelé « décret Airbnb » par les journalistes, il permet maintenant à toutes les communes (et pas seulement les grandes villes) d’exiger des propriétaires l’enregistrement (via Internet ou en mairie) de leur bien au préalable, avant de les voir figurer sur Airbnb, Abritel et autres concurrents.
Il s’agira d’obtenir immédiatement un numéro d’enregistrement en fournissant des données personnelles, ainsi que les caractéristiques du logement (son statut de résidence principale ou non, le nombre de pièces et de lits).

L’objectif affiché est de faciliter les contrôles, et notamment ceux de la durée limite de 120 jours accordée pour la location de la résidence principale…..

Le syndicat hôtelier Umih et le Groupement national des chaînes hôtelières (GNC) qui lui est associé se sont félicité de la publication du décret. «  La France se dote enfin d’outils pour permettre contrôle et transparence des locations meublées », ont-ils applaudi, appelant les municipalités à se saisir au plus vite de cette possibilité.

 

L’étau se resserre donc autour des loueurs de biens en saisonnier…. prudence donc si vous souhaitez vous lancer sur ce créneau !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

Habiter à Paris, c’est souvent dire adieu à un coin extérieur et encore davantage à un jardin. Les plus chanceux ont parfois droit à un balcon, dans le meilleur des cas une terrasse : le grand luxe ! Chez Homelike Home, on sait bien que dès que l’on a un petit extérieur, cela se paye cher même très cher quelquefois, et c’est en plus difficile à trouver, surtout quand on est plein soleil, sans vis-à-vis au calme…Mais sachez qu’avec un peu d’imagination tout est possible, place aux idées ingénieuses pour transformer votre extérieur en petit coin de paradis même tout petit !

Manger dehors : un must quand arrivent les beaux jours

Qui n’a pas rêvé de prendre l’apéro ou le repas au soleil ? De nombreux aménagements sont possibles sur de petits extérieurs : table dépliable, bar le long de la rambarde, tabouret en hauteur…

 

On se pose où ?

Les petits extérieurs, on y va souvent pour se détendre (voir même « faire une petite sieste » pour certains…) Chaise, transat, pouf, banquette et même hamac… Vous avez le choix. Nous on craque pour les palettes que vous pouvez facilement fabriquer vous-même : économique, simple et tellement tendance !

 

 

Choisir son sol

Un nouveau revêtement de sol peut donner un tout autre aspect à votre balcon. Souvent simple à poser, clipser ou à dérouler, vous pourrez l’installer vous-même : decking en  bois, dalles, herbe, carrelage, pierre, plancher… Il y en a pour tous les goûts.

Se sentir en pleine nature c’est possible !

Ombre ou soleil, aménager un coin de verdure demande réflexion !  En effet il est important de réfléchir aux plantes que vous souhaitez installer selon l’exposition de votre balcon. Avec un balcon au nord optez pour des plantes résistantes à l’ombre et l’humidité qui ont peu besoin de soleil (hortensias grimpants, fougères) . Au contraire si vous êtes au sud, optez pour des plantations qui apprécient le soleil (végétaux méditerranéens, lavande, jasmin, rosiers, lilas…)

Si vous souhaitez de la verdure toute l’année, choisissez des feuillages résistants au froid. En tant que parisiens vous savez que les hivers sont parfois rudes ! Jouez avec les périodes de floraison, les couleurs et les différentes tailles et types de plantes afin de créer une harmonie végétale qui évolue au fil de l’année.

 

Le détail qui change tout

Parfois une simple guirlande de lumière ou des lampions peuvent créer une ambiance romantique. Voici quelques idées à piquer pour chez soi afin d’illuminer vos plus belles soirées…

 

 

Avant de vous lancer, réfléchissez bien à l’atmosphère que vous voulez donner à votre balcon : zen, moderne, fleuri, minérale, et souvent en adéquation avec votre déco intérieure. Ne négligez pas l’entretien : choisissez des matières faciles à nettoyer, qui résistent dans le temps et qui sont adaptées à l’exposition, au vent, à la pluie très fréquente à Paris  mais aussi à la lumière du soleil !

L’été arrive, il n’y  a plus qu’à s’y mettre…

 

Photos : Pinterest 

 

Enregistrer

Depuis plusieurs années nous avons pris l’habitude de nous retrouver chaque mois autour d’un petit-déjeuner dans un lieu atypique dans Paris. Appréciant partager un moment de détente entre collègues, nous avons cette fois-ci décidé de convier les agences immobilières avec qui nous travaillons souvent, ainsi que celles avec qui nous n’avions pas encore eu l’occasion de collaborer.
Le petit-déjeuner s’est déroulé à la Fabrique Générale, un lifestore atypique et convivial situé dans le 17ème arrondissement de Paris.
Cet ancien atelier, déniché par Christophe Benoist-Lucy, architecte naval (on peut dire qu’il s’est fait plaisir dans la réhabilitation de cet ancien studio d’enregistrement !!!) et sa femme, la délicieuse Cerise Bentz, créatrice de la Cerise sur le chapeau, regroupe dans un même lieu, les plus belles motos chinées et restaurées par Christophe et les plus beaux chapeaux de Paris créés et réalisés par Cerise…
Le succès de l’événement a dépassé nos attentes : nous étions ravies de partager ce bon moment avec les agences venues pour l’occasion, mais aussi les partenaires avec qui nous travaillons au quotidien, avocat spécialisé en immobilier, courtier en prêt, notaire…. 
Depuis plus de 14 ans, Homelike Home travaille main dans la main avec les agences et nous sommes très fières des liens que nous avons créés avec elles ! 
Petit retour sur l’événement… en photos !

77

A bientôt pour le petit-déjeuner est !

Enregistrer

 

Les chiffres immobiliers du premier trimestre 2017 montrent un marché dynamique qui semble toujours en pleine croissance. Les prévisions du second trimestre tendent à dire que la capitale va être marquée par un record historique : un prix au m² jamais atteint. Voici les chiffres des notaires, ils sont tout frais !

Le volume de vente s’accélère

La France connaît actuellement une hausse conséquente des volumes de ventes de biens dans l’ancien. A Paris, le 1er trimestre s’inscrit 70% au-dessus du 1er trimestre 2016 ayant été très mauvais et 13% au-dessus d’un 1er trimestre moyen, sur la période de forte activité (1999-2007).  Avec plus de 10 000 logements vendus, c’est le meilleur 1er trimestre depuis 1991.  En Ile-de-France, le nombre de vente a augmenté de 38% si l’on compare le 1er trimestre 2017 à celui de 2016.

Le premier trimestre 2017 est donc marqué par une progression des ventes qui se maintient avec 10 440 logements anciens vendus : les élections présidentielles n’ont eu que très peu d’effet sur le marché de l’immobilier. Seule l’orientation à la hausse des taux d’intérêts a pu inquiéter les acheteurs et les inciter à concrétiser rapidement leurs acquisitions.

 

Qui dit hausse du volume de ventes dit souvent hausse des prix !

Et c’est effectivement Paris qui détient le record : sa hausse de prix fulgurante tire la globalité du marché à la hausse.  Sur les ventes de Janvier à Mars, le prix des appartements anciens s’élève à 8 450€/m², c’est-à-dire une hausse annuelle de 5,5%.

Après être monté à 8 460€ en Juin 2012, le prix du m² était redescendu à 7880€ en Mai 2015 : moins de 2 ans après, le prix du m² remonte en flèche.  D’après les indicateurs avancés (basés sur les avant-contrats des notaires), Juillet 2017 annonce un prix record de 8 800€/m² avec une hausse annuelle qui serait de 7%.

Le prix du m² selon les arrondissements

Au cours du premier trimestre 2017, le prix moyen au m² des appartements anciens, varie entre 6360€/m² dans le quartier de la Chapelle (18ème) et 14 850€/m² à Saint-Germain-des-Près (6ème).
(on rappelle qu’il s’agit de prix de vente net vendeur, hors frais d’agence éventuels)

La capitale compte actuellement 4 arrondissements au-dessus des 11 000€/m² : le 6ème, 7ème, ainsi que le 1er et le 4ème venus s’ajouter au groupe cette année. La hausse des prix est généralisée dans Paris (parfois jusqu’à plus de 10%) à l’exception du 7ème arrondissement.

 

 

 

Malgré ces prix fulgurants le nombre d’acquéreurs ne cesse de croître, il y a une pression accrue de la demande et la sélectivité du marché a diminué. Les acquéreurs sont contraints de se décider rapidement et les négociations sont largement réduites. Avec l’effet du Brexit les 5 pièces sont d’autant plus convoités par les français qui reviennent habiter dans la capitale. Etant déjà des biens rares à Paris, l’acquisition d’un grand appartement s’annonce plus compliquée encore.

Selon les notaires, les perspectives d’activité du marché parisien s’annoncent dynamiques durant les prochains mois. Le coup de frein envisageable serait une hausse des taux d’intérêts : bien que les prix de l’immobilier flambent, le pouvoir d’achat des ménages ne suit pas. La solvabilité des acquéreurs est uniquement dûe au maintien des taux d’intérêts à des planchers bas, ainsi qu’à à des facilités d’accès au crédit.

 

En tout cas, nous ne devrions pas manquer de travail pour vous dénicher la perle rare !

Si vous souhaitez visionner une vidéo sur les chiffres immobiliers, c’est par ici.

 

L’avis des chasseuses d’appart Homelike Home….

Bien que nous ne remettions pas en cause les chiffres et les prévisions notaires, évidemment, nous constatons qu’ils ont (et c’est logique) quelques semaines de retard.

Car après une frénésie d’achat rarement atteinte, que nous avons observée entre septembre 2016 et avril 2017 (couplée à une pénurie énorme de biens), nous constatons depuis les élections un léger coup de frein sur la demande, ce que nous confirment les agences qui ont nettement moins d’appels pour leurs annonces.

Est-ce que les acquéreurs sont fatigués de devoir se battre pour acheter à prix d’or? Moins pressés d’acheter puisque les taux ne sont finalement pas près de remonter ? (une légère baisse est même annoncée….) Effrayés par le niveau des prix, qui érode vraiment trop leur pouvoir d’achat? Les semaines qui viennent nous le diront, et nous viendrons en reparler par ici !

Enregistrer

A l’occasion de la fameuse nuit des musées, nous nous sommes rendus à la FLV : 1 heure d’attente pour enfin entrer dans la galerie… Vous pensez bien qu’on a eu le temps d’observer l’architecture du bâtiment et la fontaine illuminée qui, il faut le dire, vaut le coup d’œil à la tombée de la nuit !

Réalisé par l’architecte Frank Gehry (ne manquez pas ses 10 plus belles réalisation ici), cet espace emblématique ouvert au public depuis 2014, est un lieu d’exception consacré à l’art contemporain et la culture du XXe et XXIe siècle.

Avec une programmation proposant 2 temps forts par an, la fondation est aussi constituée d’un auditorium dédié à la danse et la musique, du restaurant « Le Frank » et d’une librairie.

 

ART/ AFRIQUE : Le nouvel atelier à ne pas manquer

L’exposition actuelle autour de l’art/ Afrique se divise en deux parties :

  • « Les Initiés » : Une sélection d’œuvres d’artistes venant d’Afrique subsaharienne. Sélectionnées par Jean Pigozzi et son conseiller André Magnin en 1989,  l’ensemble de ces œuvres veut rendre compte de la liberté et de l’originalité des démarches de ces artistes, jusque alors inconnus sur la scène internationale.

 

  • En deuxième partie l’exposition collective « Etre là » se consacre à l’Afrique du sud. Figure de référence au niveau artistique ou génération d’artistes nés dans les années 70 à 80, cette exposition met en lumière des artistes qui s’impliquent dans la situation économique et sociale et revisitent l’histoire de leurs pays. ETRE LA : ils en ont conscience et ont la conviction de pouvoir intervenir et jouer un rôle impactant grâce à leurs œuvres.

 

Au dernier niveau de la fondation sont présentées des œuvres d’artistes africains ainsi que d’autres artistes au regard tourné vers ce continent.

 

Alors cette expo, ça vaut le coup ?

Nous, on a adoré !  La visite dans l’obscurité met d’autant plus en avant les œuvres et l’architecture du lieu sublimés par les éclairages. La structure de l’exposition, d’intérieur comme d’extérieur est un lieu à part sur le territoire parisien : n’oubliez pas de flâner sur les terrasses qui surplombent l’édifice.

Au niveau de la composition de l’exposition, les œuvres sont variées tout en étant regroupées autour du même thème de l’Afrique : photos, vidéos, peintures, sculptures… Il y en a pour tous les goûts de 7 à 77 ans !

 

 

Infos pratiques FLV

Exposition « Art/ Afrique le nouvel atelier » du 26 Avril au 28 Août.

Adresse :  8 Avenue du Mahatma Gandhi – Bois de Boulogne – 75 116 – Paris

Notre bon plan : on vous conseille la visite de nuit tous les premiers vendredis du mois, ouverture jusqu’à 23h !

 

Crédit Photo : Maxime Werly 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer