MeruleLa mérule?! (on peut aussi dire "le" mérule, d'ailleurs)…. Quésako??

Ce champignon, assez peu médiatisé sur Paris, est davantage connu (et craint) dans le grand ouest français, où on l'appelle "la lèpre des maisons".

Il se développe dans des milieux présentant un fort taux d'humidité, ou avec une ventilation intérieure défectueuse. Une fois présent, ce champignon ronge le bois à vitesse grand V, et peut complètement rendre inhabitable une bâtisse en quelques mois, fragilisant planchers, murs et charpentes, jusqu'à effondrement.

La mérule se déplace rapidement, soit par par propagation des spores dans l'air, soit par déplacement de matériaux contaminés. Et elle est vicieuse: quand des traces commencent à apparaître, c'est souvent que le mal est déjà fait, et que dans les cloisons, sous les plinthes et sous les planchers, le champignon a fait "son trou"….

Mais pourquoi vous parle-t'on de la mérule sur ce blog, alors que nous travaillons essentiellement sur Paris?

Parce-que malheureusement, cet affreux champignon a passé le périph…. étonnamment, on n'en parle jamais (impossible de trouver le moindre témoignage parisien sur la toile!), mais en 9 années de recherches d'apparts, Homelike Home a été confronté 2 fois au problème, ce qui a conduit à annuler à chaque fois les transactions… la première fois dans un immeuble de la rue Notre-Dame de Nazareth, dans le 3e arrondissement, et la 2nde rue du Chemin Vert, près du métro Saint Ambroise dans le 11e.

A chaque fois, nous avons eu la chance d'avoir l'information via le syndic, ou via l'architecte de l'immeuble, car les propriétaires avaient soigneusement caché la présence de mérule, alors qu'ils en avaient connaissance.
Pour un immeuble, en effet, la présence de ce champignon est une vraie catastrophe, car son éradication passe très souvent par la mise à nu totale de la charpente…. une sacrée tuile quand on veut mettre en vente son appart refait à neuf!

Et malheureusement, malgrè la multiplication des diagnostics obligatoires, aucun ne "piste" ce champignon…. même si le diagnostiqueur, en établissant le diagnostic "termites", doit signaler tout autre "soupçon" de présence d'un champignon (il peut d'ailleurs être attaqué si les traces de mérule étaient visibles)

Quel recours a-t'on quand on découvre la présence de mérule chez soi?
Un propriétaire "de longue date" qui voudrait être indemnisé, doit prouver qu'un dégât des eaux favorisant le développement de mérule a eu lieu, à son insu bien sûr.
Pour un propriétaire qui vient juste de se porter acquéreur d'un bien, et se rend compte de la présence du champignon en s'installant (très souvent en procédant à des travaux), il faut prouver que le vendeur du bien avait connaissance de ce problème, et l'attaquer pour vice caché intentionnellement…. ce qui est à priori plus facile à Paris, en copropriété, où ce type de problème donne lieu à des échanges formalisés entre acteurs de la copro… c'est moins évident en maison individuelle!

Reste à espérer que dans les années à venir, un diagnostic mérule soit intégré à la panoplie de diagnostics mis à la disposition des acquéreurs (il y en a déjà tellement…. le député UMP de la Somme, Alain Gest, a déposé récemment une proposition de loi visant à le rendre obligatoire en cas de vente d’un logement.

Et en attendant, soyez vigilant si vous soupçonnez un taux anormal d'humidité dans un appartement ou un immeuble qui vous intéresse….

  1. Me DARNAL a dit :

    bonsoir ,jai acheté une vieille maison en Mars 2009 a MORTAIN dans la Manche et voila qu’on decouvre en Avril 2012 un chanpignon orange juste en bas d’une plinthe ,nous avons donc enlevé une lame du plancher et là catastrophe de la ouate partout ! La merule apres avoir bien sûr eu la Mairie en ligne ,puis un specialiste .Pourquoi il n’y a pas de recours dans ce genre de situaton ?

Les commentaires sont fermés