Voilà une annonce de recrutement passée par une agence parisienne, et trouvée dans les Echos ce mois-ci… Elle m'a faite sourire…

   Sfi
L'agence se développe et recrute: des jeunes mais pas trop ("entre 30 et 50 ans"), des cadres supérieurs qui puissent manager le truc, mais aussi -il vient là, le sourire- "des femmes actives ayant mis leur carrière en suspens et qui souhaitent reprendre une activité professionnelle".

Vous lisez quoi, vous?

De mon côté, très grossièrement, je vois ça:

On cherche des femmes qui ont fait des études, mais qui ont dû s'arrêter pour faire leurs enfants (carrière et famille, ça reste le mariage difficile….). Ces candidates idéales ont déjà eu leurs enfants, donc -Waa, génial, plus de congé mat'!- et accessoirement, elles ont un conjoint qui assure un confortable revenu (puisqu'elles ont déjà pu se permettre d'arrêter de travailler, hein, c'est dit dans l'annonce!)… car malgrè tout, l'immobilier, ça reste précaire!

Et ravies qu'elles sont qu'on leur redonne une chance (pas facile de retrouver un poste avec un trou béant dans le CV!), on ne vous parle même pas de leur productivité….

Suis-je offusquée? Non, je trouve ça plutôt…. honnête! Et assez futé.

Et entre nous, sans aller si loin dans la caricature, l'équipe Homelike Home est constituée en majorité de femmes ayant ce type de profil….

Mais à la différence de St Ferdinand, je doute que nous l'écrivions un jour dans une annonce!

 

  1. Il faut sans doute avoir de grande qualité de vendeur et surtout avoir un bon réseau de relation ou être capable de le créer car vu la rareté des biens, il faut les débusquer avant les autres.

    J’avais remarqué par le passé qu’il y a avait des indépendants payés à la commission aussi.

    L’interprétation concernant la recherche de salariée femme est assez pertinente je trouve.

Les commentaires sont fermés