On adore cet exercice du portrait chinois au sein de la dream team Homelike Home. Pas facile de bien connaître quelqu’un de son équipe quand on s’est vu uniquement en zoom, en visio et par téléphone depuis presque 1 an…sacrée Covid. Bientôt on aura l’occasion de rendre visite à toutes les antennes régionales d’Homelike Home, à commencer par la Normandie. Le profil atypique de Marie-Caroline de Castelbajac nous a tout de suite séduit. Ancienne Parisienne, qui est tombée amoureuse de la Normandie, et qui a posé ses valises en septembre 2019 dans la ville de Bernières sur Mer. Marie-caroline, c’est une femme de challenges, et qui aime bien s’occuper des gens. Un vrai sens du service, qu’elle a su développer encore davantage avec ses expériences de relocation, avant de rejoindre notre team Homelike Home. 

 

1- En quelques mots, ton parcours ?

Après plusieurs années passées dans la vente d’espaces publicitaires, je me suis tournée vers la « relocation », c’est-à-dire l’aide à l’installation d’expatriés et cela m’a beaucoup plu. J’ai par la suite rejoint une société spécialisée dans la fabrication de nuanciers en tant que responsable commerciale pendant 8 ans.

Mon déménagement en Normandie a été l’occasion de changer d’orientation. C’est ainsi que j’ai rejoint Homelike Home.

2- Comment es tu devenue « dénicheuse d’apparts »?

Je souhaitais vivement renouer avec ce métier de recherche d’appartements. J’ai alors cherché une société dont c’était le métier et suis tombée assez rapidement sur Homelike Home. J’ai été séduite par l’ambiance féminine et très sympathique de l’équipe.

3- D’où viens- tu ?

Je suis née à Paris où j’ai vécu pendant 40 ans avec 2 expériences en province, à Lille et à Strasbourg.

4- Pourquoi avoir choisi de t’installer en Normandie ?

Après presque 40 ans de vie parisienne, entrecoupée de 4 ans à Marcq-en-Baroeul et 4 ans à Strasbourg, nous avons décidé de nous installer à l’année dans ce qui était notre résidence secondaire, dans un petit village en bord de mer en Normandie : sacré challenge ! Mais décision très opportune, 6 mois avant le 1er confinement !

 

5- Grâce à ton métier, tu parcourcvhiomljkjhnb vs La Normandie en long, en large, et en travers…. mais si tu étais un quartier, un seul, tu serais…. ? 

Le centre historique de Bayeux.

 

6- Et une rue en particulier ? 

Place de la Liberté, derrière la cathédrale sur laquelle a été plantée en 1797, l’arbre de la Liberté, qui est un platane sublime, à admirer à Noel, ou lors des spectacles son et lumière l’été !

7- Si tu étais un parc ou un jardin ?

Ni l’un ni l’autre, je suis comblée par mes ballades presque quotidiennes en bord de mer !

8- Une boutique ?

AG Création, 7 Rue des Cuisiniers à Bayeux…Je suis passionnée de décoration et j’aime particulièrement « chiner » !

9- Un objet déco ?

Une nappe ancienne damassée ou un ancien drap en lin avec des initiales brodées, que je teins moi-même pour en faire de jolies tables et recevoir ma famille et mes amis. Quelle belle tablée !

10- Un restaurant ?

Le père tranquille à Bernières-sur-mer, pour son emplacement de rêve, ses mojitos à tomber, et sa carte gourmande !

11- Et si tu étais un style d’appart ?

Je serai un haussmannien avec parquet, moulures, belle hauteur sous plafond et cheminée obligatoire dans le salon !

12- De toutes tes recherches, quelle est celle dont tu es la plus fière ?….

Une recherche pour une famille qui était très attachée à une rue… Après le tour complet des agences et contacts habituels, et un porte à porte digne de ce nom, j’ai dégoté le bien en question ! Heureusement, nos clients étaient ravis !

 

13- Et celle qui t’as fait le plus transpirer ?

Mais toutes ! car je mets toute mon énergie à chaque nouvelle recherche !

14- Qu’aimes-tu particulièrement dans ton métier ?

Le challenge de la recherche, l’envie forte de Dénicher « le bien de leur rêve « et la grande satisfaction d’avoir trouvé LE bien que les clients valident !

15- Et si tu devais en changer tu serais ? 

Je retaperais la vieille grange en face de chez moi pour en faire plusieurs gites et chambres d’hôtes ! Le plaisir de recevoir, de faire plaisir et de faire découvrir ma région.

16- Allez, dernière question ! Si tu devais changer quelque chose en Normandie, ça serait… ?

Rien, même pas le temps, qui est très stimulant !

Vous cherchez à acheter une résidence principale, une résidence secondaire en Normandie, contactez-nous. Marie-Caroline de Castelbajac saura vous dénicher le bien idéal dans cette région où il fait bon vivre, et où les biens immobiliers se vendent très rapidement, notamment depuis le confinement que nous avons connu en mars 2020. Marie-Caroline saura aussi vous conseiller car en matière de décoration, architecture, elle connait bien son métier et ne s’arrête pas uniquement à la recherche de votre future maison…

 

Vous avez peut-être remarqué que depuis quelques années, la décoration suit les mêmes influences que la mode, avec la déclinaison de palettes couleurs, de matériaux, et ses collections hiver, été.

Alors cette année 2021, même si on a été privé du salon Maison & Objet qui a lieu chaque année au mois de janvier et qu’on va être également privé de celui du célèbre Salon du Meuble de Milan en avril, et qui exceptionnellement, aura donc lieu en septembre 2021 cette année, on a remarqué que les années 70 ont grandement marqué l’univers de la déco, avec une identité forte et colorée, mais aussi l’architecture et l’univers de la mode !

Chez Homelike Home, on a remarqué que les immeubles années 70, qui ne plaisent pas à tous les acheteurs immobiliers, ont de plus en plus d’adeptes. En effet, ces constructions des années 70 offrent un confort que beaucoup d’entre nous recherchent depuis le confinement : un balcon, de la lumière, souvent des appartements très lumineux et ensoleillés car avec plus de niveaux que les immeubles anciens classiques de 5-6 étages. De plus, les plans sont optimisés, sans perte de place. Vous ne payez pas des m2 inutiles, en long couloir, entrée majestueuse… Un plan compact, sans perte de place qui permet souvent de trouver des appartements de 90 m2 avec 3 chambres. Challenge très difficile à relever dans l’ancien, où on peut avoir le sentiment de payer souvent des m2 pour des surfaces inexploitables, et surtout de payer cher des m2 inutiles. De plus, dans les immeubles récents voire modernes, on trouve souvent un local vélo, mais aussi un étage de parking, et toujours un ascenseur, ce qui permet plus facilement d’habiter en étage élevé. Bref, une architecture qui ne plaît pas à tous, mais qui permet de trouver un confort bien agréable après ces nombreux confinements et couvres feux que nous avons connus pendant cette année de pandémie en 2020.

 

Lorsqu’on pense aux années 70, quelques mots-clés nous viennent directement en tête : couleurs flashy, esprit hippie, liberté, et beaucoup de folie ! Mélange parfait entre anticonformisme et confort, on adore cette nouvelle influence hippie à incorporer dans nos intérieurs, à petite ou grande dose ! Alors, comment pouvons-nous rendre nos intérieurs plus seventies ?

 

Qu’est-ce que le style des années 70 ?

Les années 70 sont  insouciantes pour certains car on vit la fin des 30 glorieuses, dures pour d’autres avec le 1er choc pétrolier, la restructuration de la sidérurgie, le début du chômage massif des jeunes…Cette décennie est  marquée par une agitation politique et sociale importante. C’est la prise de conscience de la gravité des problèmes écologiques et le début d’une nouvelle crise économique.

Retro pop, Funky, Soul, Pop Art…. Ces mots résonnent à vos oreilles ? Les années 70 évoquent dans votre esprit les revendications (il est interdit d’interdire), la provocation, le modernisme, la liberté culturelle et sociale ! C’est aussi l’époque d’Andy WarholSuperTramp, Claude François, c’est aussi la construction de Beaubourg par Renzo Piano,  les années Pompidou….Mais c’est aussi  l’essor du tee-shirt imprimé, le déferlement du blue-jeans…ET LA LIBERTE. En soi, le revival des années 70 n’est pas vraiment récent. Les artistes puisent régulièrement leurs inspirations dans cette décennie, synonyme d’insouciance. Alors qu’on vit actuellement une drôle d’époque, marquée par les restrictions en tous genres, les années 70 ont valeur de refuge. 

 

Les impressions textiles s’inspirent de motifs orientaux mais aussi géométriques. Les couleurs qualifiées de couleur soleil sont mises en avant pour les tenues de ville…!

La tendance en design est à la rondeur, avec des couleurs acidulées et toniques comme le marron, l’orange, le rouge, le jaune, et les motifs sont géométriques, ronds voire même psychédéliques. Enfin, c’est l’air de la moquette, des tapis qui ont les poils longs !

 

Place à la couleur :

Lorsqu’on songe aux intérieurs des années 70, on pense aux couleurs. Les années 70, c’est l’âge d’or du psychédélisme : les couleurs s’enchevêtrent, sans qu’il y ait vraiment une réelle cohérence d’ensemble.

Pour un retour réussi dans les années 70, on décline le marron sous toutes ses formes : camel, cognac, caramel, sans oublier la couleur orange, véritable couleur d’une époque, et qui se décline sur de nombreux accessoires, ainsi que le jaune, couleur solaire, qui rend nos intérieurs lumineux. Il existe aussi des couleurs plus froides, telles que le bleu, gris voire même argenté, de même que le vert, qui prend une apparence naturelle et végétale.

 

On voit la vie en couleur, et même l’art de la table emboîte le pas et la vaisselle devient très colorée.

 

 

 

Le plastique c’est fantastique :

Autre matériau roi de cette époque, le plastique.

Impossible d’évoquer la décoration des années 70 sans parler du fameux tabouret Tam Tam. Avec son design rappelant un sablier, il a été l’une des pièces incontournables de cette époque. Ce tabouret iconique, est encore en vente dans certains magasins tels qu’ Habitat.

Autre assise emblématique des années 70, le fameux fauteuil œuf, véritable cocon, dont on a bien besoin en ce moment.

Question luminaire, la lampe Nesso est l’exemple type du luminaire des années 70. Il s’agit bien d’une lampe arrondie oui, mais pas n’importe laquelle.

Alors n’hésitez pas à chiner des curiosités, dégoter un fauteuil oeuf et opter pour des papiers peints extravagants, voire psychédéliques !

Des formes géométriques très présentes :

Les années 70, c’est avant tout un jeu sur les formes. On s’amuse avec les lignes, on crée des imprimés ultra graphiques. Que ce soit sous forme de triangles, rectangles ou losanges, les géométries se déclinent donc de mille façons ! On retrouve ainsi des mobiliers d’époque très typiques, aux coupes originales et abruptes car le mot d’ordre est l’anti-conformisme. Alors, n’hésitez pas à habiller vos murs de motifs graphiques ou optez pour du mobilier futuriste !

C’est aussi le style des angles arrondis. Les années 70, c’est l’avènement des meubles ronds, tendance qu’on retrouve dans le mobilier actuel.

Le rotin, le velours se retrouvent partout :

Le rotin était incontournable dans les années 70 et se déclinait sur de nombreux accessoires. Quand on pense aux années 70, on se souvient tous du fauteuil en rotin du film Emmanuelle.

En 2021, ce matériau fait son grand retour, mais pas seulement, car le velours a aussi son mot à dire. Un intérieur style années 70 doit absolument jouer sur les textures, avec une sélection de matériaux éclectiques qui donnera une allure singulière à votre décoration. Alors, n’hésitez pas à opter pour un canapé d’angle en velours, une table rustique en bois brut, ou une commode basse en rotin très hippie chic !

Les fleurs envahissent notre intérieur, et ne sont plus seulement dans des vases. On les retrouve sur des lampes, coussins voire même tapis.

Évidemment, le but n’est pas de faire un retour complet dans le passé, mais de « dénicher » quelques jolies pièces vintage, qui s’accorderont parfaitement avec votre mobilier industriel ou très contemporain. Dénichez la pièce années 70 tendance, notamment dans les brocantes en ligne comme chez Selency ou aux Puces, mais aussi en chinant sur place quand nos chères brocanteurs pourront à nouveau nous accueillir.

Alors, cédez à la tentation des années 70 et insufflez un peu de folie dans votre appartement. Mettez un peu de couleurs, des motifs géométriques, des fleurs, du velours, ces valeurs refuge qui nous font du bien pour oublier cette mauvaise période que nous avons connue. 

Voici quelques meubles et objets phares des années 70, mais la liste est indéfinie…

  • Décor Pierre Paulin, Elysée, 1972
  • Les meubles en kit
  • Le mobilier modulaire
  • Le fauteuil Egg chair par Arne Jacobsen
  • Le modèle Togo de Michel Ducaroy, Ligne Roset, 1973
  • La lampe Nesso
  • La tabouret Tam Tam

 

Chouette nouvelle pour ce mois de février 2021, nous ne sommes pas reconfinés !

On va donc pouvoir partir en vacances, tout en respectant les gestes barrières, et en prenant soin de nous et de nos proches. Puisque ces vacances de février 2021 ne seront pas sous le signe de vacances à la montagne pour la plupart,  c’est peut-être l’occasion de visiter une « autre France » et de mieux découvrir les régions de notre beau pays.

De plus, les contrôles aux frontières étant renforcés, il sera difficile pour ceux qui le souhaitent, de partir  au soleil.

On vous propose donc pendant ces quelques jours de vacances bien méritées, la découverte d’une jolie région, la Normandie sans oublier Le Perche.

Tous les chemins mènent en Normandie ! Les premières plages normandes sont à moins de 2 heures de la capitale et ce sont les plages les plus proches de Paris. Accessibles en voiture, mais aussi en train, au départ de Paris Saint-Lazare, vous pourrez découvrir les villes de Rouen, Le Havre, Dieppe, Fécamp, Evreux, Bernay, Lisieux, Deauville, Caen, Bayeux, Cherbourg, Honfleur, Etretat, mais aussi les plages du débarquement et sans oublier le célèbre village de Giverny. Au départ de la Gare Montparnasse, vous découvrirez  les villes d’Alençon, Bagnoles de l’Orne, Argentan, Granville, mais aussi le Mont Saint-Michel.


Prendre l’air ou en changer, quand on vit soi-même dans un petit espace, privé de verdure, est vital pour le  moral. Marcher, respirer au grand air, c’est bon pour la santé physique et morale. Les paysages que l’on découvre élargissent bien souvent notre horizon, surtout si l’on vit en milieu urbain, et notamment à Paris.

La Normandie et la région du Perche offrent une grande richesse d’activités, de promenades et randonnées à pied, à vélo, à cheval, ou encore des visites d’abbayes, de châteaux, sans oublier les marchés artisanaux, qui eux ne sont pas fermés.

Bon à savoir, la Normandie possède 600 km de côtes, une campagne verdoyante digne des plus jolies cartes postales, mais aussi des grandes villes dynamiques à découvrir, telles que Cabourg, Caen, Honfleur, Trouville…

 

Char à voile sur les longues plages de sable de la Manche ou du Calvados, escalades dans l’Eure, balades dans les jolies forêts de l’Orne, observations de la faune et de la flore sur les falaises crayeuses de Seine Maritime, balades en mer vers les îles anglo-normandes, découverte de l’histoire mondiale sur les plages du Débarquement… Vous n’aurez aucun mal à occuper votre famille mais aussi vos enfants pendant ces vacances.

 

 

Si vous êtes séduits par les paysages de la Normandie, l’équipe Homelike Home, avec Aurélie, Marie-Caroline, Sylvie et Tina est  à votre service pour dénicher votre future résidence secondaire ou même résidence principale pour certains chanceux. Contactez-nous !

 

 

Immobilier résidentiel : Les derniers chiffres des notaires 

Contrairement au premier confinement, le second n’a pas stoppé la signature des actes de ventes. En revanche, l’impossibilité d’organiser des visites de biens a entraîné un recul notable des avant-contrats, ce qui freinera les volumes des ventes des 1er mois de 2021.

Le regain d’intérêt pour la maison se traduit par une progression des volumes de ventes de +4% lorsque l’on compare la période septembre-octobre-novembre 2020 avec la même période en 2019. A l’inverse, le nombre de ventes d’appartements diminue de -5%, et encore plus dans la capitale.

On assiste à davantage d’hétérogénéité des prix entre les marchés, et à un attrait de plus en plus marqué pour les maisons.

En Ile-de-France, le prix des logements a augmenté de + 6,6% en un an, de novembre 2019 à novembre 2020.

 

Une baisse en volume mais quid d’une baisse des prix en 2021 ?

On assiste à une baisse des ventes de logements anciens en IDF avec – 2% de ventes en 1 an, donc en volume, et un prix moyen en IDF qui a continué à augmenter à 6720 €/M2 soit +6,5% en 1 an.

A Paris, le prix moyen au m2 est de 10850 €/M2, soit une augmentation de + 6,3% en 1 an.

On note un attrait fort pour les maisons, notamment les maisons anciennes qui ont augmenté de 6,9% en 1 an avec un prix moyen de 334 400 €.

Les tendances déjà observées les mois précédents se confirment, avec une baisse des prix dans les mois à venir.

A Paris, le prix moyen /m2 passerait de 10 850 € le m2 en novembre 2020 à 10 700 € le m2 en mars 2021, soit une baisse anticipée de -1,4%.

A l’inverse, d’après les avant-contrats, les prix devraient augmenter encore de + 1,3% pour les maisons de décembre 2020 à mars 2021.

 

Comment se porte le marché en bordure de périphérie ? 

Au 3e trimestre 2020, le prix des appartements atteint plus de 10 000 € le m2 au global dans les quartiers internes à Paris en bordure du périphérique, alors qu’il est de 7 000 € le m2 dans l’ensemble des communes situées de l’autre côté du périphérique, avec une décote de 30%, dès qu’on franchit le périphérique ! 

Franchir le périphérique permet d’acquérir à des prix sensiblement moins élevés que dans la Capitale.

Ainsi, à Neuilly-sur-Seine (10 870 €/m2 au 3e trimestre 2020) les prix sont pratiquement aussi élevés qu’à Ternes, avec un prix moyen/m2 de 10 920 €/m2).

A l’opposé, à Aubervilliers et Saint-Denis, les prix des appartements (environ 3 900 €/m2) sont 57% moins élevés que dans le quartier parisien voisin de La Chapelle (9 070 €/m2).

Entre ces deux extrêmes, on peut distinguer plusieurs situations, héritage des politiques urbaines ou d’aménagements du passé, de la spécialisation économique de certains territoires ou de la géographie urbaine.

Au sud, au nord et nord-est, les prix des communes limitrophes de Paris sont encore nettement inférieurs aux prix des quartiers périphériques de la Capitale.

Ce constat vaut pour toute la Seine-Saint-Denis, où les politiques du logement ont longtemps privilégié le logement social. Aux Lilas, la commune limitrophe de Paris la plus chère du département, le prix au m2 (6 530 €) reste inférieur de 28% à celui du quartier Saint-Fargeau dans le 20e arrondissement.

Si Montrouge sort peu à peu du lot avec une hausse annuelle des prix de 12%, qui permet d’atteindre        7 900 € le m2 au 3e trimestre 2020, les prix y sont encore 26% en-deçà de ceux du Petit Montrouge      (10 680 €/m2), quartier attenant du 14e arrondissement.

Au sud-est et à l’ouest de Paris, autour des bois de Boulogne et de Vincennes, se trouvent deux zones regroupant des communes aux prix plus proches des quartiers parisiens avoisinants.

Au sud-est, les décotes de prix lorsque l’on passe le périphérique avoisinent 7% à Vincennes et Saint-Mandé, 15% à Charenton-le-Pont.

A l’Ouest, les prix sont très élevés dans les communes les plus proches du bois de Boulogne et les décotes modérées, quand on franchit le périphérique pour aller à Neuilly-sur-Seine (-0,5%), Levallois-Perret (-10%) ou Boulogne-Billancourt (-16%).

Il est intéressant de noter qu’il y a 20 ans, Vincennes, Saint-Mandé, Neuilly-sur-Seine et Charenton-le-Pont étaient plus chères que les quartiers limitrophes parisiens, tel que Charonne par exemple. Désormais la ville de Vincennes est 7% moins chère que le quartier Charonne dans le 11ème arrondissement.

Le nombre de transactions dans Paris a proportionnellement baissé, au profit de la Grande Couronne. Au 2ème semestre 2020, Paris représente 17% des transactions de logements anciens en IDF, contre 20% en moyenne ces 20 dernières années.

 

Et quelle est la situation en ce début d’année 2021 pour l’immobilier de bureau ? 

Les recherches de bureaux ont accusé  le coup en 2020, avec – 10% de recherches de bureaux en 2020 en Ile de France, versus 2019 se décomposant de la façon suivante :

  • Paris avec – 16%
  • 1ère couronne avec – 7%
  • 2ème couronne avec à l’inverse une augmentation de + 10%

On constate plus particulièrement une augmentation pour des  villes comme Vélizy, Massy, Palaiseau avec une augmentation de demandes de +25 à +30 % en 1 an.

A l’inverse, les quartiers tertiaires de Paris sont en baisse.

Quand on zoome plus précisément sur Paris intra muros, pas de changement radical, avec les 5 arrondissements les plus recherchés qui concentrent plus de 40% des recherches parisiennes. En revanche, la côte de certains quartiers a évolué : le 9ème a quitté le podium du top 10 des recherches et le 10ème arrondissement  attire moins d’investisseur de bureaux.

Les arrondissements très centraux Rive Droite comme Rive Gauche se sont montrés plus résilients en 2020. Le 2ème et le 7ème arrondissementS affichent même une croissance des recherches sur 1 an, ce qui leur permet de rejoindre le podium du top 10 des demandes.

 

Au niveau national, on constate un phénomène de décentralisation car le nombre de recherches de bureaux a progressé de + 5% en 2020, versus 2019, dont + 4% pour la location et + 8% pour l’achat.

Ce beau résultat en région s’explique principalement par la performance de villes « secondaires » donc celles qui offrent :

  • une belle qualité de vie
  • une bonne connectivité
  • un bon bassin d’emploi dynamique

Ainsi, les 5 villes qui ont le plus progressé en 2020 vs 2019 sont

  •  Reims +100%
  •   Angers +15%
  •   Strasbourg +15%
  •   Montpellier +5%
  •   Marseille +2%

Reims a même doublé ses recherches de bureaux en raison de ses nombreux avantages. Située à              45 mns de Paris, elle représente un bassin d’emplois dynamique, avec une vie étudiante très présente, notamment grâce à la présence de Sciences Po.

Il est probablement encore trop tôt pour voir une éventuelle baisse s’afficher. En effet, les efforts consentis se font davantage sur les mesures d’accompagnement pour l’instant. Il n’y a donc  pas d’anticipation de baisse significative pour ce 1er trimestre 2021,malgré les nouvelles habitudes de méthode de travail, tel que télétravail et flex office…

 

En conclusion, la pierre reste une valeur refuge pour de nombreux français. 

La crise sanitaire a eu 2 conséquences :

  • transformations profondes des modes de vie ;
  • besoin de vivre et d’habiter autrement, voire ailleurs.

Le confinement et notamment le développement du télétravail ont révélé un besoin nouveau d’extérieur, de verdure et d’espace.

La crise sanitaire semble accentuer la mobilité des Franciliens et pousser à des choix nouveaux. Parallèlement, les Franciliens sont proportionnellement un peu plus nombreux à acheter un logement en province (7% en 2020 versus 6% en 2019).

Homelike Home vous accompagne pour votre recherche de résidence principale, résidence secondaire et investissement locatif, partout en France ou presque. Homelike Office vous accompagne également pour votre recherche de locaux professionnels. Faites appel à la meilleure équipe de chasse immobilière depuis 18 ans !

 

 

Melissa Letissier, nouvelle recrue chez Homelike Home s’occupe des recherches immobilières à Nantes et dans l’agglomération de Nantes.

Mélissa est notre benjamine au sein de la dream team Homelike HomeOriginaire de Nantes, elle a toujours été passionnée par l’architecture et l’immobilier, dès son plus jeune âge. Le design et la création esont aussi des domaines qui l’attirent. L’immobilier rythme quotidiennement sa vie et a toujours été une évidence pour Melissa. Elle dénichera le bien immobilier de vos rêves, aussi bien pour un investissement locatif que pour la recherche de votre futur Home Sweet Home, et saura vous accompagner dans la réalisation de vos futurs travaux. Mélissa est également architecte, un métier très complémentaire du métier de chasseur immobilier, et est très sensible à la couleur, comme vous pourrez le découvrir à travers son portrait chinois !

 

 

1- En quelques mots, ton parcours ?

Après 5 ans d’études en design d’espace et d’objets sur Nantes, je me suis lancée à mon compte dans cette même activité. Après 2 ans et demi de free-lance pour diverses agences, j’ai eu soif d’apprentissage. J’ai donc suivi une formation dans l’immobilier afin de mieux connaître son coté fiscalité, financier, et autre. Cela m’a amenée à ajouter une seconde activité à ma micro-entreprise: la recherche de biens immobiliers chez HomeLike Home.

2- Comment es tu devenue « dénicheuse d’apparts »?

Le hasard d’une rencontre ! Je travaille avec une relation d’une « dénicheuse » qui lui a demandé si cela pouvait intéresser une de ses connaissances sur Nantes. Ce fut une évidence pour moi de travailler en collaboration avec l’équipe d’ Homelike Home. Une équipe de femmes dynamiques, de profils différents : architectes, ingénieurs, designer……

3- D’où viens- tu ?

Je suis née à Mayenne, dans le nord des Pays-de-la-Loire, entre la basse Normandie et la Bretagne.

4- Pourquoi avoir choisi Nantes ?

J’ai fait mes études supérieures sur Nantes, j’y ai grandi, j’ai rencontré énormément de personnes. Je suis attachée à cette ville de l’ouest si accueillante. Comme on dit par chez nous « on a peut être pas le soleil toute l’année comme dans le sud, mais on l’a dans le cœur ».

5- Grâce à ton métier, tu parcours tout Nantes en long, en large, et en travers…. mais si tu étais un quartier, un seul, tu serais…. ? 

Saint-Mihiel sans hésitation.  Situé dans le centre ville mais l’impression d’être entre ville et forêt. En effet, le quartier de l’île de Versailles permet tout aussi bien de déambuler dans ces petites rues nantaises, tout en longeant le cours d’eau appelé « Erdre » entre arbres et sentiers.

6- Et une rue en particulier ? 

Ce n’est pas une rue mais Trentmoult, un village de pêcheurs aux maisons colorées à Nantes. Je suis très sensible à la couleur et ce quartier m’apaise.
 

7- Si tu étais un parc ou un jardin ?

Le jardin des plantes : entre les chèvres, les œuvres d’arts, les centaines d’espèces de plantes et d’arbres et son orangerie transformée en bar, ce jardin est plus que parfait pour se détendre au soleil en pleine ville.

8- Une boutique ?

Entre shopping, produits locaux, et objets artisanaux, il y a trop de choix! Mais si je devais choisir ça serait  Saint Market : une boutique de designers située rue du Château à Nantes. A travers une sélection ultra pointue d’objets, petits mobiliers, luminaires, accessoires … Saint Market met en avant les talents émergents et les éditeurs les plus innovants. Cette boutique est une niche de trésors pour moi.

 

9- Un objet déco ?

Une Dame Jeanne !  Cette grande bonbonne de verre épais à la forme très arrondie et au goulot court, peut-être utilisée comme vase, ou tout simplement comme objet de décoration. La dame Jeanne est un objet de décoration qui se transmet de génération en génération.

10- Un restaurant?

Que choisir ! Amatrice de restaurants, il y a beaucoup de bons restaurants et pour tous les goûts! Mais si je devais n’en choisir qu’un ça serait  Chez Maman. En plein cœur du quartier historique, c’est un restaurant familial qui offre une cuisine entre bistrot traditionnel français et exotique, le tout dans une atmosphère cosy et rétro avec de nombreux objets de brocante. J’adore leur Playmobil géant, le Casimir, cette décoration éclectique, et être entourée d’objets familiers d’antan.

11- Et si tu étais un style d’appart ?

Je serais un grand appartement du dernier étage face à l’Erdre, parquet chevron au sol, hauteur sous plafond, de belles moulures aux murs, de grandes ouvertures sur une grande terrasse arborée!

12- De toutes tes recherches, quelle est celle dont tu es la plus fière ?….

Un appartement atypique pour un couple qui allait accueillir leur premier enfant 4 mois plus tard. Pas facile de combiner le côté atypique avec un appartement facile à vivre avec l’arrivée d’un bébé.

13- Et celle qui t’as fait le plus transpirer ?

La prochaine !

14- Qu’aimes-tu particulièrement dans ton métier?

Le challenge de trouver le bien « coup de coeur » pour mes clients, puis de voir leurs yeux émerveillés en le découvrant.

15- Et si tu devais en changer tu serais? 

Bonne question! Tout ce que je sais, c’est que ce serait toujours dans l’immobilier.

16- Allez, dernière question ! Si tu devais changer quelque chose dans Nantes, ça serait… ?

Un peu plus de soleil l’hiver ne serait pas de refus mais je crois que c’est un peu compliqué quand on habite à Nantes ?
Vous cherchez à acheter une résidence principale, une résidence secondaire dans l’agglomération nantaise, un pied à terre, un investissement locatif, contactez-nous, Melissa saura vous dénicher le bien idéal dans cette ville très dynamique où il fait bon vivre, et où les biens immobiliers se vendent très rapidement…Si vous êtes à la recherche de bureaux, locaux commerciaux à Nantes, Melissa connait aussi les quartiers dynamiques où de nombreuses startups et entreprises aiment s’installer, et les futurs quartiers en devenir.

 

 

La dynamique de hausse des prix qui prévalait depuis 4 ans dans les grandes villes de France semble avoir été cassée avec la crise sanitaire. Il est trop tôt pour parler de retournement de marché, car la plupart des métropoles françaises continuent de voir leurs prix augmenter, même si c’est à un rythme beaucoup moins soutenu que ces dernières années. Mais certaines tendances baissières semblent se dessiner dans certaine métropoles, en ce début d’année 2021.

 

Comment la Covid 19 et le télé travail participent-ils à la mutation des centres villes ?

Avec la crise sanitaire, les quartiers les plus vivants de Paris se sont vidés, et pas uniquement à Paris.

En effet, il faut se souvenir que, dès le début de l’année 2020, le resserrement de l’accès au crédit qu’avait souhaité la Banque de France, avait commencé à impacter l’activité du marché de l’immobilier ancien. Dans un premier temps, beaucoup d’observateurs n’ont pas mesuré les conséquences que cela allait avoir. Et comme le début de l’année 2019 n’avait pas été exceptionnel, ils ont considéré que les ventes iraient forcément en s’améliorant. Le 17 mars 2020, le premier confinement a été mis en place et a été très brutal pour l’économie. On avait rarement assisté à un tel effondrement de l’activité dont le creux s’est situé en avril. La baisse d’activité a été telle que la sortie de ce premier confinement s’est faite, pour beaucoup, dans l’euphorie et s’est traduite par un rebond des ventes immobilières.  La mise en place du télétravail a amorcé une mutation du paysage immobilier français avec :  un éloignement des centres-villes, la recherche d’un espace supplémentaire pour pouvoir télétravailler, et  notamment installer son ou ses bureaux, et une hausse des achats de maisons individuelles.

 

Les conséquences de la Covid 19 sur les prix de l’immobilier en France

Les légères baisses de prix que nous pouvons enregistrer, -1.7% des prix de l’immobilier parisien (selon les avant-contrats des notaires) sont liées à la situation sanitaire qui a réduit le nombre de ventes et retardé notamment certains projets immobiliers des français. On comptabilise moins de 950.000 ventes en 2020, contre plus de 1 million de ventes en 2019. Cette baisse des ventes permettra aux futurs acheteurs de mieux négocier… ce qui pourrait faire baisser les prix. Et à cela s’ajoute la difficulté accrue d’obtenir un crédit par les banques, qui frappe de plus en plus de ménages.

La crise économique qui attend les français, la pire depuis la 2ème guerre mondiale, avec une chute du PIB annoncée à -11% par Bercy, ne pousse pas les français à investir dans la pierre, même si la pierre reste une valeur refuge en temps de crise. La situation économique et la difficulté de sortie de cette épidémie de la Covid 19, qui dure depuis plus d’un an en Europe, ne pousse pas, pour l’instant, les acquéreurs à s’endetter sur plusieurs dizaines d’années…

Le confinement a impacté l’activité du marché immobilier hexagonal. Pour autant, les prix baissent faiblement. On assiste surtout à un intérêt croissant pour des petites villes de province, et notamment un regain d’intérêt pour les résidences secondaires à proximité de Paris, et notamment les maisons de campagne. L’attractivité des villes secondaires, proches des grandes villes s’est accrue. Orléans ou encore Rouen constituent désormais des alternatives aux prix parisiens. La France périphérique tient-elle enfin sa revanche ?

Selon une étude Se Loger, 38 % des acheteurs anticipent un recul des prix. C’est un souhait parfaitement compréhensible. Mais qu’en est-il des vendeurs ? Sont ils prêts à baisser leurs prix ? La réponse est non, si l’on en croit les prix auxquels les biens proposés à la vente sont présentés sur le marché, en ce début d’année 2021 !

On assiste donc pour la première fois depuis 2015 à une baisse des prix de l’immobilier dans les grandes villes !

La baisse semble s’accélérer : en octobre les prix à Paris ont chuté de 0,60%, de 0,70% à Bordeaux ou encore de 0,60% à Reims. Mais quelques villes font de la résistance comme Strasbourg, où les prix augmentent de 0,60% en octobre 2020 et 1,80% sur trois mois, ou encore Marseille.

L’attrait des villes moyennes est-il uniquement corrélé à la mise en place du télétravail ?

Il s’agit d’un mouvement de fond qui s’est initié bien avant que ne survienne la crise sanitaire.

Cet exode urbain est apparu il y a une vingtaine d’années. Ces nouveaux acheteurs se sont installés principalement dans des villes de moins de 100 000 habitants, alors que l’agglomération parisienne et les villes de plus de 100 000 habitants, ont vu le nombre des achats stagner.

Le télétravail n’est que l’une des facettes de cette transformation du marché. Mais le développement du télétravail ne pourra s’ancrer dans la réalité du marché immobilier qu’à condition qu’il soit retranscrit dans les pratiques acceptées par les partenaires sociaux.

D’autre part, faire du télétravail dans le Creuse ou en Lozère peut s’avérer plus compliqué qu’en 1ère couronne parisienne. L’éradication des zones blanches, et notamment le développement de la 5G,  5ème génération de technologie réseau mobile, conçue pour répondre à la très grande croissance des données et à la connectivité de la société moderne, est donc une autre condition nécessaire à la pérennisation du télétravail en France.

 

 

Le télétravail va perdurer, risquant de faire fuir des habitants et de bouleverser durablement l’équilibre financier des commerces et restaurants. Quant à savoir si la baisse se poursuivra en 2021, difficile à dire : dès lors que la vaccination aura eu lieu, et que les restaurants, cinémas, hôtels, musées pourront enfin ré-ouvrir, l’économie repartira malgré la crise économique qui attend les français. Les quelques mois à venir n’offrent pas la meilleure situation économique pour prévoir un endettement de plusieurs dizaines d’années…malgré des taux d’intérêt qui restent très bas et des conditions d’obtention de prêt qui se sont assouplies.

Chez Homelike Home, notre équipe vous accompagne pour dénicher votre futur bien immobilier aussi bien pour un achat de résidence principale, résidence secondaire ou investissement locatif aussi bien à Paris que dans les principales villes et régions françaises. Contactez-nous et visitez tranquillement de votre fauteuil !

 

Est-il préférable de revendre avant d’acheter ou bien d’avoir recours à un prêt relais ? That is the question pour bon nombre d’entre vous en ce début d’année 2021.

On peut dire que l’année 2020 que nous venons de traverser a été plus que chaotique pour l’économie à cause de la Covid 19, et comme vous le savez si bien, l’immobilier est directement lié à la tendance économique.

Quand l’économie se porte bien, le marché immobilier aussi, et l’inverse est aussi très vrai…Mais globalement, le marché de l’immobilier a plutôt bien tenu en 2020, malgré une crise sanitaire et économique inédite.

Tendance du marché immobilier sur l’année 2020 : 980 000 biens immobiliers ont été vendus en 2020, soit – 8% par rapport à 2019, mais c’est loin d’être un scénario catastrophique, comme certains économistes l’envisageaient lors du 1er confinement en mars 2020. Pour autant, il n’est pas facile pendant cette période liée à la Covid, d’obtenir un prêt relais.

Définition du prêt relais.

Le prêt relais consiste à emprunter de l’argent pour acheter un bien immobilier alors que l’on n’a pas encore vendu un autre bien dont on est déjà propriétaire:

  • le prêt relais est à taux fixe ;
  • la durée du prêt relais correspond à la durée de vente du bien : 1 an renouvelable une fois et d’une durée généralement limitée à 2 ans maximum ;
  • montant du prêt compris entre 50 % et 80 % de la valeur nette du bien à vendre.

Deux cas de figure peuvent se présenter :

  • vous avez déjà signé un compromis de vente pour votre bien; la banque ne prendra pas beaucoup de risque et le prêt relais  obtenu pour financer votre nouveau logement sera d’un montant relativement élevé et d’une durée courte ;
  • vous n’avez pas encore d’acheteur potentiel ; la banque conservera alors une certaine marge de sécurité et l’avance accordée sera plus limitée. La durée du prêt relais s’aligne sur le temps de vente de votre bien, habituellement entre 1 et 2 ans. Son taux correspond souvent au taux de votre prêt immobilier mais est susceptible de varier selon les établissements financiers.

 

Les avantages du prêt relais.

Le prêt relais offre de multiples avantages :

  • il évite la location pendant la période de transition et notamment le coût d’un second déménagement ;
  • il permet de saisir une opportunité d’achat tout en prenant le temps de revendre un autre bien immobilier dans de bonnes conditions financières.

Les inconvénients du prêt relais.

Le prêt relais présente toutefois quelques risques:

  • la banque a le droit d’exiger le remboursement du prêt relais à la date prévue par le contrat, la reconduction de crédit n’étant pas automatique. Selon votre situation, elle peut proposer une prolongation de quelques mois du prêt ou une transformation en crédit à long terme ;
  • d’un point de vue financier, le prêt relais s’avère être un crédit risqué, notamment si le marché immobilier local est stagnant, voire baissier. Le principal risque est de ne pas réussir à céder son  bien au prix de vente sur lequel a été bâti le plan de financement, et de devoir alors faire face à 2 crédits ;
  • le prêt relais peut donc s’avérer très couteux.

Le principal inconvénient du crédit relais, notamment en période d’incertitude économique comme celle que nous vivons actuellement, est de ne pas vendre son bien immobilier pendant le laps de temps imparti, c’est à dire lorsque la durée maximale du prêt est atteinte. Vous n’aurez pas d’autre choix que de baisser le prix de vente, voire brader votre bien, si le marché immobilier devient baissier. Les intérêts d’un crédit relais peuvent être élevés et donc coûter très cher si le délai de vente est long. De plus, les banques mettent toute en oeuvre pour que la vente se réalise, ce qui signifie souvent des baisses de prix pour trouver rapidement un acheteur. En dernier recours, c’est la banque qui saisit votre logement et le vend à un prix bradé pour récupérer l’argent prêté !

En revanche, ce début d’année 2021, malgré l’épidémie de la Covid 19 qui continue de faire des ravages, notamment en Europe,  offre plus da facilités pour obtenir un prêt immobilier. Ainsi, l’octroi d’un crédit immobilier pourra se faire plus aisément par une banque dès les premiers mois de l’année 2021. Alors, profitez-en pour lancer votre projet d’achat immobilier.

 

Obtenir un prêt immobilier plus facilement en 2021, qu’en 2020.

Depuis fin décembre 2019, le Haut Conseil en Stabilité Financière (HCSF) qui conseille les banques en matière de risques, avait imposé des mesures très contraignantes pour les emprunteurs qui voulaient un prêt immobilier. Chaque banque était très vigilante sur le taux d’endettement, mais aussi sur le niveau d’apport personnel, et beaucoup moins flexible sur la durée des crédits.

Heureusement pour les emprunteurs, ces mesures restrictives ont été un peu adoucies pour les mois à venir.

Il sera ainsi plus facile d’obtenir un prêt immobilier en 2021 qu’en 2020, même si le niveau d’apport personnel est devenu un critère pour de nombreuses banques.

Voici les principaux changements :

  • le taux d’endettement maximum pour 2021 sera de 35 %, contre 33 % en 2020 ;
  • la durée maximum des crédits passe à 27 ans en 2021 contre 25 ans en 2020 ;
  • les banques ont le droit de déroger à ces critères pour 20 % des dossiers de financement en 2021, contre 15 % en 2020.

Autre paramètre important, les taux semblent s’orienter à nouveau vers une baisse en ce début d’année 2021, ce qui va permettre à nouveau d’emprunter plus facilement pour un plus grand nombre d’acquéreurs.  Plusieurs professionnels ont essayé d’évaluer l’impact de ces restrictions pour les prêts immobiliers en 2020 et, il y aurait près de 100 000 projets d’achat immobilier qui auraient été abandonnés ou repoussés.

 

 

Le prêt immobilier et notamment le prêt relais, est donc un bon moyen pour financer l’achat d’un nouveau logement avant d’avoir vendu son bien actuel. Seulement, quand le marché immobilier ralentit, comme actuellement à cause de la Covid 19 qui fragilise l’économie de certains pays européens, il faut prendre toutes ses précautions avant de signer un crédit relais. Comme en 2009, les dangers du prêt relais se font de nouveau sentir fortement en 2021.

Les banques accordent moins facilement des prêts relais et sont notamment beaucoup plus prudentes sur les estimations immobilières faites par les professionnels de l’immobilier. De plus, elles fixent le montant du crédit relais que sur une partie de la valeur estimée de votre maison ou de votre appartement (60 à 80 %).

 

Il y a 6 mois, on vous aurait conseillé de chercher un appartement , en faisant bien entendu appel à un chasseur immobilier, avant de revendre votre bien immobilier actuel. En ce début d’année 2021, la situation n’est pas la même et le marché immobilier commence un peu à s’essoufler. Afin de ne pas faire prendre de risque inutile à nos clients, nous préférons vous conseiller de revendre votre bien immobilier, puis de chercher un nouveau bien. En effet, les banques se montrent frileuses, notamment pour l’obtention de prêt relais, même si elles ont dans l’ensemble « assoupli » leurs conditions d’obtention de prêt. En combien de temps vais je vendre mon bien immobilier ? C’est justement cette donnée que vous ne maîtrisez pas puisqu’elle dépend du dynamisme du marché immobilier local, et des acquéreurs prêts à acquérir votre bien au prix souhaité. Chez Homelike Home, on travaille avec un courtier, notamment la CAFPI afin de bien valider votre capacité d’emprunt en amont et d’être certain que vous pourrez réaliser votre achat immobilier en toute sérénité.

En dépit de la crise, le marché immobilier reste solide et finalement bien orienté pour l’année 2021. Les prix ont tout de même progressé de +2% en 2020, versus 2019, alors que bon nombre d’économistes prévoyaient un effondrement du marché immobilier en 2020 ! En période de crise, la pierre conserve un côté valeur refuge, surtout que le confinement a montré qu’avoir une maison ou un appartement agréable à vivre, était très important. Selon les experts, le marché immobilier en 2021 devrait être stable ou en très léger recul sur les prix comme sur les transactions, car on ne peut pas exclure un léger attentisme, en attendant que nous soyons tous vaccinés !

Toute l’équipe Homelike Home et Homelike Office vous souhaite une très belle année 2021.

Une année placée sous le signe de la reprise après une année 2020 très perturbée par la Covid 19 !

Notre équipe vous accompagne :

 

  • Dans la recherche de vos nouveaux bureaux, locaux professionnels et votre stratégie immobilière  pour l’année 2021 en terme d’actifs immobiliers…. sur Paris, Grand Paris, Aix en Provence, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Nice.

Contactez notre équipe de chasseurs immobiliers, leader de la chasse immobilière en France depuis 2003.

 

 

En attendant de se rencontrer, prenez toujours soin de vous ET BELLE ANNEE 2021 à vous et vos proches.

 

 

Homelike Home vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année, malgré une année 2020 impactée par la Covid 19.

Nous restons ouverts pendant cette trêve des confiseurs et sommes à votre service pour vous dénicher le bien de vos rêves aussi bien à Paris, Grand Paris, Aix en Provence, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Normandie et le Perche.

Enterrons vite cet « an foiré » et à bientôt chez Homelike home pour célébrer la nouvelle année 2021…

 

 

Association Abri de femmes

Par ces temps difficiles on se disait qu’il fallait agir à notre échelle, humblement, aussi nous avons souhaité partager un peu de notre réussite avec celles qui en ont besoin.
Le confinement, l’état d’urgence sanitaire, la crise du Covid que nous connaissons tous et toutes, est une épreuve encore plus dure pour les femmes sans abri.
En 10 ans, il y a eu une augmentation de 66% de femmes à la rue. On estime en moyenne que 80 femmes enceintes dorment dans la rue chaque nuit à Paris.
Ces chiffres sont fous!
Les personnes sans abri font partie des populations les plus vulnérables et sont aussi les moins protégées.

La création d’un « abri de femmes » pour accueillir des mères et leurs enfants sans-abri et les accompagner jusqu’à leur nouvel envol est indispensable. Abri de Femmes est donc une association à but non lucratif qui intervient auprès des femmes enceintes, des mères et enfants sans-abri dans le nord est parisien.

« Nous concentrons notre action dans cette zone car la précarité s’y concentre particulièrement. C’est aussi au sein de l’hôpital Lariboisière que la plupart des femmes sans-abri viennent accoucher. Le scandale de ces femmes et de leurs nourrissons refugiés dans les couloirs de la maternité pour éviter la rue après l’accouchement est un drame intolérable »
Notre projet est d’ouvrir un « abri » pour y accueillir femmes et enfants et les suivre le temps nécessaire à leur reconstruction sur le plan santé, psychologique et réinsertion. Cet « abri » chapeauté par des travailleurs sociaux et des bénévoles du secteur de l’enfance serait un lieu de vie stable, serein et sécurisant. Un lieu de vie et la parenthèse qui leur permettra de prendre un nouvel envol.
Abri de Femmes a constitué un réseau de compétence constitué de puéricultrices, d’aide-soignants, de juristes, de pédopsychiatres… pour donner le maximum de chance à cette cause.
Alors on s’est dit que trouver des fonds pour l’association Abri de Femmes avait un sens.
Homelike Home s’est engagée à leur reverser 10% des commissions des mandats signés entre le 1er Décembre 2020 et le 30 Juin 2021.
Nous pensons que nos clients apprécieront d’aider à travers nous à ce que l’achat de leur nouveau lieu de vie contribue à en trouver un à celles qui n’en ont pas.

Homelike Home est aussi partenaire de l’opération Happy Héros, à destination du personnel hospitalier, plateforme d’offres avantageuses dédiée aux professionnels de la santé.  

 

Happyhéros est une plateforme en ligne qui rassemble de nombreuses offres à destination des professionnels de santé. Une cinquantaine d’entreprises locales et nationales, dont Homelike Home proposent ainsi des tarifs préférentiels, des services gratuits et des accès prioritaires au personnel hospitalier. Maison & équipement, alimentation, chasseur immobilier, loisirs & culture, mode & beauté, services … : tout est pensé pour accompagner au mieux les personnels dans leur vie de tous les jours ! Le droit au logement est une nécessité pour tous, et encore plus pour le personnel soignant qui doit se battre tous les jours pour combattre l’épidémie de la Covid 19, depuis presque un an ! Ainsi Homelike Home propose une commission de recherche d’appartements, de maisons, plafonnée à 2% pour le personnel de santé, afin de les soutenir dans leur action au quotidien, pour combattre cette épidémie.

 

Développée par la startup happytal durant la crise du COVID-19, cette plateforme est mise à disposition du personnel soignant de manière permanente et de nouveaux partenaires publient leurs offres chaque jour.

 

Pour une expérience simplifiée et complète, les services de conciergerie happytal sont désormais directement intégrés à la plateforme happyhéros.

 

Homelike Home s’engage plus que jamais en cette fin d’année 2020, difficile et compliquée pour tous.

Auprès du personnel soignant qui combat l’épidémie de la Covid 19 au quotidien, Homelike Home propose une commission de recherche d’appartements ou de maison, plafonnée à 2%.

Auprès des femmes qui se retrouvent seules dans la rue, des mères avec enfants sans abri, Homelike Home reverse 10% de son chiffre d’affaires du mois de décembre 2020 jusqu’au mois de juin 2021 à l’association Abri de Femmes.

 

Pour une fin d’année plus solidaire que jamais, les équipes de Homelike Home s’engagent à vous faire passer une fin d’année meilleure, sous le signe de la solidarité et de l’entraide.

Un noël 2020 sous le signe de la solidarité