FNCIL’Assemblée Générale de la FNCI a enfin eu lieu en zoom…Après l’avoir repoussée à plusieurs reprises, eu égard aux grèves puis au confinement. Nous avons eu l’occasion de partager nos ressentis quant au marché immobilier dans les principales régions et villes de France, à savoir : Bordeaux, Lyon, Nantes, Paris et le Grand Paris.

​Voici dans les grandes lignes, le constat que nous pouvons faire avec les différents membres de la FNCI.

​1°- Un marché très dynamique post confinement à Paris et en Province :

A PARIS, la crise sanitaire et la baisse ponctuelle des volumes de ventes n’ont pas modifié la dynamique haussière des prix.

On note une augmentation des prix de + 8% en 1 an (+ 7,4% en Petite Couronne et de + 5,3% en Grande Couronne)  et un prix/M2 de 10 690 €​ à Paris.

Le confinement correspond à 6 semaines d’effondrement des ventes​.

Au total en Ile-de-France, les volumes de ventes de logements anciens du 2e trimestre 2020 ont baissé de – 28% par rapport au 2e trimestre 2019 (-32% à Paris). 

​La demande reste largement supérieure à l’offre​​ et l’immobilier reste l’investissement préféré des français. Ni les gilets jaunes, ni les grèves ne découragent les primo accédants et les investisseurs français. ​

Le logement en tant que valeur-refuge a été largement confirmé et le confinement a montré l’importance d’être bien logé :

  • Désir de verdure et d’espace.
  • Une revalorisation de l’habitat individuel, à savoir les maisons.
  • Attrait pour la Petite et la Grande Couronne et la Province surtout.
  • Regain d’intérêt pour la pierre refuge car crainte d’une crise financière et volatilité des autres placements. La pierre est une protection pour l’avenir et la retraite. 
  • Les grands projets franciliens (Grand Paris et Jeux Olympiques) ​dynamisent le marché.
  • Le marché locatif reste très tendu notamment avec une pénurie d’offre.
  • Taux des crédits à l’habitat toujours très attractifs.

A BORDEAUX, on note une attractivité qui ne se dément pas !

La forte libération du télé-travail amène une « nouvelle vague » de parisiens qui conservent leur poste sur Paris. et qui désirent s’installer à Bordeaux. On note une stabilisation des prix en 2019-2020, après +38% de hausse entre 2014 et 2019, liée notamment à l’arrivée de la LGV en 2017 – Ligne Grande Vitesse – qui relie Paris à Bordeaux en 2h…. 

Pour la sixième année consécutive, Bordeaux est la ville où les Français aimeraient le plus travailler​ et Bordeaux attire toujours les investisseurs : Début 2020, Meilleurs Agents a établi pour les Echos un classement des villes dans lesquelles on optimise le mieux, le couple rendement – risque locatif. Bordeaux est dans le top 3 (avec Aubervilliers et Pantin)​.

 

A LYON, malgré la situation économique et les incertitudes sur les prochains mois, les acheteurs ont mené leurs projets à terme.

Selon le président de la chambre des notaires du Rhône, on observe même un volume de ventes quasiment rattrapé par rapport au retard accumulé pendant les deux mois de confinement. 

Dans l’ancien, les maisons avec un espace de verdure ou les appartements avec terrasse ou grand balcon ont toujours fortement la côte et se vendent très rapidement, si le prix n’est pas surcôté !

A NANTES, Les biens se font de plus en plus rares et les prix continuent d’augmenter!

Avec plus de 300 000 habitants,  Nantes se place au 6 ème rang des communes les plus peuplées de France. Nantes attire chaque année près de 8 000 nouveaux habitants et entraîne une forte demande de nouveaux logements. Sur les quatre dernières années, on a constaté une augmentation record des prix : près de 10 % / an pour les maisons individuelles et de 5 à 7 % / an pour les appartements. Bien que le marché immobilier nantais soit désormais considéré comme tendu, les prix au m² restent encore abordables pour une ville de cette ampleur avec une moyenne de 3.289 € le m² pour un appartement et de 3.642 € pour une maison.

 

 

​2°- Un marché qui se ralentit depuis la rentrée du mois de septembre, notamment en terme de volume de ventes :

 

PARIS et région parisienne :

La hausse annuelle des prix ralentit un peu dans Paris. On attend une hausse annuelle de +6,6%, pour le mois d’octobre 2020, ce qui fixerait le prix au m2 parisien à 10 860 €. ​​

On voit des modifications de la demande, liées à la crise sanitaire, au développement du télétravail et à de nouvelles attentes vis-à-vis du logement :

  • Mauvaise situation économique mondiale (chômage et revenus).
  • Crainte de l’avenir​.
  • Les taux des crédits immobiliers, toujours très attractifs facilitent les acquisitions MAIS les banques limitent l’obtention de prêt, notamment pour les professions liées au tourisme, aéronautique, hôtellerie, événementiel…) .
  • Attentisme sur le marché immobilier​.

D’après les avants-contrats, la hausse du prix des appartements parisiens devrait ralentir d’ici octobre. Après la petite accélération observée au premier semestre 2020, la hausse annuelle des prix devrait se modérer dans la Capitale car il y a moins d’acheteurs actuellement…D’après toujours les avants-contrats, à fin octobre 2020, les prix des appartements augmenteraient davantage en Petite Couronne (+8,9%) qu’à Paris (+ 6,6%). 

 

BORDEAUX :

Depuis la rentrée de septembre, on note une stabilisation des prix sur Bordeaux (+0,9% en 1 an), mais une augmentation notable dans les villes de la périphérie ((+9,6% à Mérignac, +9,2% à Pessac…) qui confirme la tendance générale de recherche d’extérieurs et de maisons suite au confinement.

LYON :

Depuis la rentrée, dans la métropole lyonnaise, une baisse du volume d’acquéreurs pour certains types de biens et budgets a été constatée. Les grandes surfaces, même dans des quartiers comme le 6ème arrondissement où les biens s’arrachaient au prix fort post-confinement, ont plus de mal à trouver preneur. Un certain nombre de propriétaires qui souhaiteraient vendre ne le font pas, faute de trouver un nouveau bien ou craignant pour leur avenir professionnel, 

Les prix sont au plus haut, les taux d’intérêt restent attractifs mais l’incertitude semble vouloir peser dans les semaines/mois à venir et pourrait avoir un impact négatif sur le volume de transactions. Il est encore un peu tôt pour affirmer une réelle tendance sur les prix pour le semestre à venir, l’évolution de la crise sanitaire risque d’en être l’arbitre. 

NANTES  : 

Les demandes des primo-accédants sont en baisse suite aux restrictions de financement des banques. La demande des investisseurs reste soutenue avec un marché locatif très dynamique.

 

 

3°- Et qu’en est-il avec l’immobilier de bureau :

Entre télé travail, Home Office, une partie des bureaux semblent être désertése…. Les changements d’aujourd’hui ont ainsi des conséquences sur la demande en immobilier d’entreprise et auront un impact sur le mode de consommation des mètres carrés de bureaux !

 

En effet, la crise sanitaire bouleverse non seulement les modes de travail des Français mais également leur rapport au bureau physique. Si bien que les entrepreneurs commencent à changer de vision et de rapport avec l’espace de travail classique, et la charge importante que représente l’immobilier dans les bilans des entreprises, ne fait que renforcer ce questionnement

 

Le salarié est de plus en plus nomade, puisque désormais, 35 % des salariés travaillent à deux endroits ou plus.

Aujourd’hui on assiste à une vaste réflexion autour de l’immobilier de bureaux, du mobilier et des espaces de travail.

Le taux d’occupation actuel des bureaux par les employés en île de France est de 50 À 60 %.

En Ile de France, on recense plus de 100 000 m2 d’espaces de co-working, pour un prix mensuel moyen de 320 € pour un poste de travail, soit 3840 €/an.

Rappelons que le cout d’un poste de travail dans une entreprise est estimé entre 12 000 et 14 000 €/an, et représente le 2ème poste de dépenses derrière les salaires !

Gardez votre temps  pour développer votre activité et confiez votre recherche de bureaux à l’achat ou à la location à Homelike Office.

 

Avec l’évolution du virus de la covid 19 au quotidien, il est encore trop tôt pour voir les réelles conséquences sur l’immobilier d’habitation et l’immobilier de bureaux. Mais il est certain que cette fin d’année 2020 sera très chahutée et que l’immobilier en tirera les conséquences, avec une demande inférieure à l’offre, et donc une baisse des prix à terme. Il est d’autant plus important de se faire conseiller par un professionnel de l’immobilier et notamment un chasseur immobilier, qui défend les intérêts de son client acheteur, afin d’acheter le bon produit au bon prix et de pouvoir revendre facilement quelle que soit la conjoncture. Vous pouvez retrouver la liste des meilleurs chasseurs immobiliers au sein de la FNCI, Fédération Nationale des Chasseurs Immobiliers.

 

FNCI

 

Homelike Home continue son expansion au niveau national, et notamment dans le sud de la France.

Après Aix en Provence, Nice, c’est au tour de Marseille d’ouvrir ses portes. Nous avons la joie de vous annoncer l’arrivée de Sophie Mella au sein de notre dream team Homelike Home.

Il y a 8 ans, Sophie Mella a décidé de quitter son sud natal, originaire de Tarbes, pour faire ses armes à Paris.
D’abord stagiaire chez Homelike Home, elle a ensuite travaillé en tant que gestionnaire de copropriété au sein de cabinets parisiens renommés. Après un tour du monde, écourté par le virus du Covid 19, Sophie est rentrée en France, et a décidé de s’installer à Marseille, comme de nombreux parisiens, qui ont besoin d’espace, de soleil et surtout d’une vie moins stressante que la vie parisienne….
Si les biens à la vente ne manquent pas à Marseille, les biens d’exceptions, eux, sont peu nombreux et s’arrachent au prix fort.  Une connaissance pointue du marché et un réseau de professionnels étoffé sont donc des atouts nécessaires à la réalisation de vos projets immobiliers.
Sophie vous accompagnera pour réaliser tous vos projets immobiliers dans la citée phocéenne : résidence principale ou secondaire, investissement locatif, locaux professionnels… confiez-lui votre recherche! 
Aujourd’hui à 30 ans, il est tant pour Sophie de revenir à ses premiers amours : le sud et Homelikehome ! Confiez-lui votre recherche de résidence principale, résidence secondaire ou investissement locatif, elle saura vous dénicher le bien immobilier de vos rêves.

 

Petit déjeuner de rentrée pour la team parisienne de Homelike Home à l’hôtel Renaissance, à côté de la place de la République. Nous avons eu l’occasion d’échanger sur la rentrée et notamment sur ses tendances immobilières, période toujours placée sous le signe de la Covid 19.

Difficile d’organiser des visites car on sent que les propriétaires ont peur et limitent au maximum le nombre de visiteurs dans leur appartement ou maison…Nous ne pourrons pas organiser d’événement de rentrée Homelike Home comme nous l’avions fait en septembre 2019, avec la Fête des Puces, mais ce n’est que parti remise…vivement 2021 ! Nous vous donnerons nos prévisions et notre analyse de la rentrée en immobilier, fin septembre car il est encore trop tôt pour avoir du recul et vous partager une analyse complète…

 

Rentrée immobilière aussi pour Homelike Office…Après une course folle à travers la France, avec le Tour Auto 2020, nous avons retrouvé Dominique Geoffray en pleine forme avec son équipage saine et sauve…et pour appréhender la rentrée immobilière dans l’immobilier de bureaux, Homelike Office organise une grande campagne d’emailing envoyée cette semaine auprès des dirigeants d’entreprise.

 

Homelike Home grandit tous les jours un peu plus et continue son expansion dans l’ouest parisien avec l’arrivée de Cécile Loin au sein de notre dream team.

Cécile gère aussi une société d’agencement sur mesure, et sais organiser votre futur appartement, en créant des rangements partout où elle peut ! Notamment, installer un bureau dans une chambre à coucher, transformer une chambre en bureau et intégrer la cuisine dans la pièce de vie, Cécile sait faire et surtout Cécile a une grande connaissance de l’ouest parisien depuis de nombreuses années, pour vous trouver la maison ou l’appartement dont vous rêvez.

Cécile connait bien la France et les Dom-Tom car elle a toujours déménagé avec ses parents aux quatre coins de notre cher hexagone, et habite à Croissy sur Seine depuis 15 ans. Cécile connait l’ouest parisien comme sa poche ou presque : Versailles, Chaville, Chatoux, Le Vésinet, Le Pecq, Puteaux- La Défense, Reuil-MalmaisonAlors si vous cherchez une maison, un appartement avec terrasse, un bureau, et même une résidence secondaire proche de Paris, Cécile saura dénicher votre futur Home Sweet Home !

Et encore merci à l’équipe de l’Hotel Renaissance pour avoir organiser un petit déjeuner sous le signe du soleil, sur leur terrasse, patio…

 

Vous l’avez sans doute maintes fois entendu cet été, au sein de vos amis, votre famille,  et encore plus depuis cette rentrée…bon nombre de parisiens veulent quitter Paris pour la province.

Télé travail oblige, quelques parisiens ont découvert les joies de la vie en province pendant cette période de confinement et n’ont pas du tout envie de retrouver notre chère capitale, en cette rentrée 2020 !

 

Et quelle est la tendance du marché immobilier ?

Les statistiques de ventes des Notaires du Grand Paris portent sur la période de mars à mai 2020 et comportent encore près de 8 semaines de confinement total. De ce fait, l’activité recule de 39% par rapport à la même période en 2019 avec une baisse de -39% pour les appartements et -40% pour les maisons.

Après le « trou d’air » du mois d’avril, où le confinement a conduit à un recul de près de 3⁄4 des volumes de ventes, l’activité immobilière en Ile-de-France en mai a rebondi, puisque les premières tendances observées sur le mois de juin confirment un bon niveau de ventes, proche de celui de juin 2019.

Les indicateurs avancés des Notaires du Grand Paris sur les avant-contrats mettent en avant la prolongation et l’accentuation de ces tendances haussières.

Cependant, et c’est un phénomène nouveau, Paris échappe à ces tendances.

Une stagnation des prix semble se dessiner dans la Capitale d’après nos indicateurs avancés de juin à septembre 2020, avec un prix au m2 situé entre 10 700 € et 10 800 €. De ce fait, la hausse annuelle des prix se trouverait ramenée à + 6,2% en un an en septembre 2020, contre 8,2% en septembre 2019. La province n’est pas en reste, puisque la hausse s’y accentue également : +1,7 % au 1er trimestre, après +1,2 % et + 1 %.

Ainsi, pour la première fois depuis mi-juillet 2015, l’évolution sur un an des volumes de transactions est négative (-1,2 %).

 

Les notaires, sur la majeure partie du territoire, témoignent actuellement de la très forte appétence du public pour l’acquisition immobilière qui peut parfois friser l’irrationnel dès lors que certains, qui financièrement le peuvent, souhaitent concrétiser au plus vite une acquisition immobilière. Beaucoup de français ont pris conscience de l’importance de leur « home sweet home » et souhaitent changer de logement après le confinement, mais aussi sécuriser leurs économies face aux soubresauts des marchés financiers, voire la crainte d’une éventuelle nouvelle fiscalité. Enfin, beaucoup d’entre nous ont profité de ce confinement pour épargner, et ont ainsi un « apport » supplémentaire.

 

Ceci tend à confirmer que, même dans un monde devenu défiant, même face à des marchés financiers qui ont repris quelques couleurs, les Français manifestent plus que jamais un intérêt marqué pour la pierre, la sécurité qu’elle leur apporte, tant en garantie de capital qu’en rendement, et dans sa capacité à fournir le complément de revenus dont ils auront sans doute un jour besoin.

 

Il semble envisageable de croire que la France a désormais davantage envie de croire en son avenir. Néanmoins, ce rebond de confiance s’opère en pleine conscience : les Français affirment leurs craintes concernant l’évolution du chômage. Le recentrage des orientations des Français vers des besoins essentiels, révélés par la crise sanitaire, semble naturellement les amener à considérer la qualité de leur logement, comme un paramètre primordial, plus absolu encore qu’il ne l’était traditionnellement: un projet de vie repose souvent sur un projet immobilier. À ce titre, l’assagissement possible des prix sur le court terme est un paramètre qui pourra conforter l’acquéreur dans son intention d’achat.

Par conséquent, il est possible de confirmer les prospectives annoncées lors du trimestre précédent, en soulignant que, sauf à être totalement entraîné par un cataclysme économique ou sanitaire global, les paramètres immobiliers seront les suivants : assagissement des hausses de prix + baisse du volumes de ventes…

La rentrée 2020 sera la marque, plus encore qu’à l’accoutumée, d’un nouveau départ…Pour votre achat en province et à Paris, toute l’équipe Homelike Home est à votre service pour dé-nicher votre nouveau bien immobilier.

 

C’est la rentrée pour tout le monde et également pour le Tour Auto…Cette course avait été annulée en avril 2020 à cause du Covid 19, mais n’a pas découragé les équipages à prendre un nouveau départ ce mardi 1er septembre 2020.

On est très fier de soutenir Dominique Geoffray de notre équipe Homelike Home qui participe activement à la nouvelle édition du Tour Auto 2020.

Voici le programme pour cette semaine de course à travers la France avec un départ demain matin du Grand Palais.

1ère étape : Mardi 1er septembre 2020 avec 430 km de course
Paris – Clermont-Ferrand

2ème étape : Mercredi 2 septembre 2020 avec 380 km de course
Clermont-Ferrand – Limoges

3ème étape : Jeudi 3 septembre 2020 avec 430 km de course
Limoges – Toulouse

4ème étape : Vendredi 4 septembre 2020 avec 445 km de course
Toulouse – Pont du Gard

5ème étape : Samedi 5 septembre 2020 avec 305 km de course pour la dernière étape avec la remise des prix !
Pont du Gard – Circuit Paul Ricard à Marseille

Une traversée de la France qui promet de jolies images…On souhaite bonne chance à tous les équipages et surtout à l’équipe Homelike Home…

 

 

 

 

 

Nous espérons que vous avez passé de sublimes vacances et que vous êtes en pleine forme pour cette rentrée scolaire, reprise du travail sans oublier la reprise immobilière.

Notre équipe Homelike Home est prête pour dénicher votre futur logement, investissement locatif ou résidence secondaire aussi bien à Paris et grand Paris mais aussi à Aix en Provence, Bordeaux, Lille, Lyon, Nice, Normandie. Contactez-nous pour votre recherche…

 

En attendant, belle rentrée à tous et prenez soin de vous…

 

 

Toute l’équipe Homelike Home vous souhaite de très belles vacances.

 

On a hâte de vous retrouver en pleine forme à la rentrée et surtout avec plein de nouveaux projets immobiliers en tête. Nous allons profiter de cette pause estivale pour ouvrir de nouvelles agences Homelike Home à la rentrée à Nantes, Rennes, Tours…

On respire….on profite des beaux paysages français que nous avions sans doute un peu oublié, et on se protège les uns des autres !

A très vite, en pleine forme…

 

 

 

On s’est réuni pour notre dernier petit dej avant les vacances chez Cali Sisters, un restaurant sous le signe de la Californie, à 2 pas de notre bureau Homelike Home, derrière la Bourse de Paris.

L’équipe parisienne de la dream team Homelike Home était presque au complet, avec l’arrivée d’une nouvelle chasseuse, cécile LOIN, qui va s’occuper plus particulièrement du Grand Ouest parisien : Versailles Saint-Germain en Laye, Chatou, Croissy sur Seine…

 

 

 

Derrière ce nouvel établissement, on retrouve Capucine et Juliette Vigand, deux sœurs passionnées de Californie et en particulier de Los Angeles. Elles ont décidé d’ouvrir un lieu où règne l’esprit américain, à la fois accueillant et confortable et où il est possible de se restaurer à toute heure de la journée grâce à de la bonne cuisine californienne, « healthy and tasty »

Pour Cali Sisters, les deux sœurs ont imaginé une adresse lumineuse et bohème, et une carte de petit déjeuner à faire saliver les plus gourmandes d’entre nous !

 

Cet été on ne peut pas voyager en Californie mais le dream californien vient jusqu’à nous, pour nous faire oublier les mauvais mois que nous venons de traverser.

 

A bientôt pour un prochain petit déjeuner avec l’équipe Homelike Home au grand complet…

Vous envisagez de retourner au bureau à la rentrée de septembre, ou même dès cet été.

Ce retour au bureau s’accompagnera forcément de nouveaux aménagements…car rien ne sera plus jamais comme avant.

Alors quel sera le bureau de demain dans ce nouveau monde ?

 

Que signifie Flex Office ?

Le flex office consiste à ne pas avoir de bureau attitré au sein d’une entreprise. En règle générale, un salarié à un poste qui lui est attribué, qu’il s’agisse d’un open space ou d’un bureau fermé.

Avec le flex office, l’employé s’installe où il veut … ou presque !

Ce concept tendance qui nous vient d’Outre-Manche séduit de plus en plus d’entreprises françaises.

 

Le flex office, au quotidien dans les entreprises françaises:

Un espace de rangement personnel, sécurisé, est mis à disposition de chaque employé. Il peut stocker son propre matériel: ordinateur portable, dossiers, fournitures, objets personnels… En arrivant au bureau, il lui suffit de récupérer le nécessaire et de s’installer dans l’espace de travail qui correspond le mieux à son emploi du temps !

Une fois la journée de travail terminée, tout doit disparaître ! Le bureau doit être rendu disponible pour qu’un autre employé puisse s’y installer le lendemain, avec son propre matériel. Adieu les photos de sa progéniture accrochées au mur, bye bye les petits gadgets et autres cadeaux qui avaient tendance à s’accumuler sur nos bureaux.

Le salarié est libre de travailler où bon lui semble, dans les conditions qu’il estime les plus agréables et propices à son travail. Depuis un bureau libre, d’une salle de réunion, d’un lounge confortable, d’un espace de coworking, ou même de chez lui, toutes les options sont possibles…Si son domicile est la solution la mieux adaptée à ses tâches, le salarié peut librement opter pour du télétravail (sous condition de validation de l’entreprise bien sûr).

 

Les atouts du flex office:

Le monde du travail bouleversé par l’essor des technologies, évolue en permanence. Il en ressort notamment une réappropriation des lieux, avec des espaces optimisés et surtout une réduction des coûts !

Partager les bureaux, c’est optimiser la surface. Dans certaines entreprises, le taux d’occupation atteint péniblement les 50% sur l’année. Le recours au flex-office peut être une opportunité de réduire les coûts et de rationaliser l’espace. Pas inintéressant quand on sait qu’après les salaires, l’immobilier représente le plus gros poste de dépenses d’une entreprise.

Grâce au flex office, aucune journée ne se ressemble. Le lieu de travail s’adapte aux tâches des collaborateurs, de leur humeur. Pas de doute, le flex office fédère les équipes ! Cette flexibilité permet de casser la routine des employés et contribue ainsi à l’épanouissement professionnel.

Le flex office est l’une des illustrations de la recherche du bien-être du salarié. Conséquence, les entreprises cherchent à optimiser les conditions de travail de leurs employés, en créant des espaces de coworking ou des espaces détente. Les modes de travail sont devenus plus collaboratifs, moins rigides.

Un passage au flex office ne s’improvise pas ! Le flex office suppose une analyse et une adaptation aux habitudes des salariés. L’occupation des postes de travail, les usages liés aux fonctions mais aussi à l’ambition de la société doivent être pris en compte. En moyenne, les entreprises qui choisissent le flex-office optent pour un taux de 0,8 postes de travail par collaborateur.

Le flex-office implique d’être ouvert au digital, pourquoi ? Pour faciliter et permettre la communication entre l’entreprise et le salarié.  En effet, si l’on souhaite que les collaborateurs soient autant opérationnels que ce soit dans l’entreprise ou à l’extérieur, il leur faut une infrastructure solide et des technologies innovantes, qui nécessiteront certainement l’achat de nouveaux ordinateurs portables et surtout des connexions sans fil ultra rapides….

Afin d’embarquer le plus de salariés possible dans un projet qui peut néanmoins en dérouter certains, il faut donc se poser les bonnes questions :

  • Combien de personnes viennent au bureau ?
  • Combien de fois par semaine ?
  • Comment bien gérer le management à distance ?
  • L’augmentation du télétravail fait-il diminuer l’impact carbone ?
  • Flexibilité des horaires ou pas ?
  • Promotion de la marche et de l’usage du vélo?
  • Télétravail ou pas ?

Et surtout est-ce que tout le monde dispose des moyens nécessaires à la pratique de son activité professionnelle chez soi ?

En attendant, chez Homelike Home et Homelike Office, ça fait longtemps qu’on travaille en flex office, avec un bureau en libre service en plein coeur de Paris, dans le 2ème arrondissement, ouvert à tous les collaborateurs qui souhaitent s’y installer !

Notre dream team  peut vous aider à dénicher votre nouvel espace de travail, aussi bien atypique que classique, et surtout vous aider à vous projeter dans un nouveau lieu de vie + lieu de travail…Contactez-nous

 

Sans oublier l’organisation de séminaires  peu ordinaires…

Nous avons organisé un séminaire dans le Perche avec une partie de l’équipe Homelike Home. Quel bonheur de se retrouver pour une cession de travail peu ordinaire, en compagnie de la dream team Homelike Home mais aussi de Marie du Sordet, qui nous a rendu visite.
Partage d’expériences autour de Chez les Voisins et Homelike Home,  bon déjeuner, et surtout bonheur de se retrouver dans un cadre idyllique dans une maison près de Bellême dans le Perche. Ca fait du bien de se retrouver au vert après ces quelques semaines de confinement. On profite de chaque moment de la vie et surtout on apprend à savourer le bonheur quotidien de travailler toutes ensemble au sein de Homelike Home.

Merci à Lara Bel de Homelike Home Bordeaux, ainsi que Sophie Henon de Homelike Home Lyon pour leur présence.

En attendant de dénicher votre nouveau bureau, nous vous souhaitons un bon week-end du 14 juillet en famille, entre amis, à Paris, en province…!

Aujourd’hui, c’est au tour d’ Audrey Pieters de se prêter au jeu du portrait chinois. Audrey est une des spécialistes du Grand Paris, notamment du Grand Est, mais elle connait aussi très bien Paris.

1°- En quelques mots, ton parcours ? 

Après des études de droit, j’ai fait mes premières expériences professionnelles dans le monde juridique. Mais attirée depuis toujours par les activités artistiques, notamment par les arts décoratifs, j’ai décidé par la suite de me reconvertir professionnellement vers le métier de peintre décorateur.

Egalement épicurienne de l’immobilier, avec le temps et l’opportunité des rencontres que j’ai pu faire dans ce domaine, le métier de chasseur immobilier s’est finalement présenté à moi comme une évidence.

 

2°- Comment es-tu devenue « dénicheuse d’apparts »?

Je suis devenue dénicheuse d’appartement un peu par hasard, il faut bien l’avouer, car c’est un métier que je ne connaissais pas il y a encore quelques années. C’est par une amie vivant à New-York, qui m’avait confié la recherche d’un appartement à acheter à Paris, que j’ai été inspirée pour prendre cette nouvelle voie. J’avais adoré la richesse de cette mission de par la diversité des interlocuteurs que j’ai pu rencontrer, mais également par son aspect tellement vivant. Ce métier s’est révélé à moi comme une vraie vocation puisqu’il m’a permis de regrouper l’ensemble de mes compétences et expériences. Pour finir, c’est une activité avec laquelle je me sens en parfaite adéquation.

 

3°- D’où viens-tu?

Native de Lyon, j’ai néanmoins passé mon enfance ainsi que ma jeunesse dans le sud de la France, entre Aix en Provence et Toulon. Venue à paris pour des raisons professionnelles, j’y suis aujourd’hui bien ancrée, même si c’est toujours avec un plaisir immense que je retourne régulièrement retrouver mes racines « sudistes ».

 

4°- Pourquoi avoir choisi Paris et plus récemment le Val de Marne? 

Je suis arrivée à Paris, il y a, aujourd’hui, 14 ans. C’est une ville que j’adore, d’une énergie incroyable et qui n’est comparable à nulle autre si on aime les arts, la culture mais aussi le lien social, sans oublier la gastronomie. Néanmoins avec l’arrivée de mon fils, il y a cinq ans, j’ai décidé de m’installer à Nogent-Sur-Marne, afin de bénéficier d’une autre qualité de vie, que je jugeais alors meilleure pour élever un enfant. C’est un choix que je ne regrette pas car Nogent est une ville où règne l’esprit de village, très agréable, à seulement quelques kilomètres de Paris, desservie par le RER A et E et qui va bénéficier de la ligne 15 du métro en 2030, grâce au projet du Grand Paris.

Profiter du bois de Vincennes, du charme des bords de Marne et de ses guinguettes, et faire un métier que j’adore tout en restant près de Paris sont pour moi de vrais privilèges

5°- Grâce à ton métier, tu parcours Paris et ses alentours en long, en large, et en travers…. mais si tu étais un quartier, un seul, tu serais…. ? 

A Paris, je serais sans aucun doute le Marais. Même s’il a beaucoup changé ces dernières années, j’aime sa diversité, son côté cosmopolite.

Dans le Val-De-Marne, je sillonne surtout Nogent et les villes aux alentours, alors si je devais y être un quartier, je serais…le bois de Vincennes. Ce n’est pas vraiment un quartier, évidemment, mais j’aime m’y promener, admirer sa végétation et ses lacs, en étant aux portes de Paris.

 

6°-Et une rue en particulier ?

C’est une question difficile car à Paris il y a tellement de rues incroyables. Je vais tout de même rester dans le Marais et je dirais la rue Vieille du Temple, car elle est au carrefour d’autres rues que j’aime beaucoup, pleine de surprises avec ses jardins  et ses cours « cachés », ses trésors d’architectures, et ses bâtiments classés au patrimoine historique. Les yeux sont en alerte en permanence…!

 

7°-Si tu étais un parc ou un jardin?…

 

Je ne peux plus parler du bois de Vincennes avec cette question ! Je dirai le parc des Buttes Chaumont alors, à Paris. Il est magnifique et atypique. On peut y admirer des arbres extraordinaires. J’aime aussi aller boire un verre au Rosa Bonheur !

8°- Une boutique ?

Ce n’est pas tout à fait une boutique mais le rayon bricolage du BHV, c’est le paradis du bricoleur, ce qui est mon cas. Je suis très manuelle.

 

 

9°- Un objet déco?

Un tableau peint par ma cousine et qui orne mes murs. C’est une peinture par projection, selon la méthode initiée par Jackson Pollock. C’est assez sombre mais j’y ai une grande attache sentimentale.

 

 

10°- Et si tu étais un restaurant ?

J’aime aller chez Toyo, dans le 6ème arrondissement, y déguster sur son comptoir ses plats d’une grande finesse, faits de la fusion entre la cuisine japonaise et française.

Je vous dis ça mais je suis très gastronome et aime les cuisines les plus variées. Je peux donc apprécier un bon gastro mais aussi aller dans un vieux troquet, y boire de bons vins et manger des planches de charcuterie et de fromage.

11°- Et si tu étais un style de maison ou d’appartement ?

Plutôt qu’un style, je serais un lieu détourné ou réhabilité. Un atelier d’artiste transformé en un beau duplex, une ancienne boulangerie classée transformée en maison de ville.

12°- De toutes tes recherches, quelle est celle dont tu es la plus fière?….

Un achat pour une personne vivant à l’étranger qui souhaitait acquérir un pied à terre à Paris, car folle amoureuse de la ville. Nous avons établi une telle relation de confiance, que nous sommes allées jusqu’à la signature de la promesse sans qu’elle ait vu l’appartement que je lui avais déniché. Elle l’a adoré, il correspondait parfaitement à ses goûts, ce qui fut une vraie reconnaissance. Nous avons depuis, tissé un vrai lien d’amitié. C’était une belle rencontre.

 

13°- Et celle qui t’a fait le plus transpirer ?

Toutes les recherches me font transpirer d’une manière ou d’une autre mais ce n’est pas négatif, bien au contraire.

 

14°-Qu’aimes-tu particulièrement dans ton métier ?

Rendre heureux les clients quand j’ai trouvé le bien dont ils rêvaient. Parvenir à saisir leurs envies exactes et leur donner de la joie et du bonheur lorsque la mission est réussie.

15°- Et si tu devais en changer, tu serais… ?

J’ai déjà beaucoup changé. J’étais juriste puis peintre décorateur. Aujourd’hui je fais un métier que j’aime et n’imagine pas en changer.

 

16°- Allez, dernière question! Si tu devais changer quelque chose à NOGENT SUR MARNE, ce serait… ?

Il y a un grand complexe immobilier près du port de plaisance, comprenant un bowling, un hôtel, une salle de sport, la piscine municipale…complètement bétonnée, encore une victime de l’architecture des années 70. Je le raserais pour refaire un ensemble plus en harmonie avec la beauté des bords de Marne.

Si vous avez un projet immobilier dans l’est parisien, Audrey sera la bonne personne pour vous dénicher votre maison, votre appartement, mais aussi votre futur investissement locatif.

Diplômée de droit puis reconvertie, mes expériences riches et variées m’ont permis de développer de larges compétences dans les domaines juridiques de l’immobilier et de la décoration. C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers le métier de Chasseur immobilier. Spécialiste de l’Est parisien et du Val de Marne, je saurai vous dénicher le bien qui vous correspond ».