Habiter à Paris, c’est souvent dire adieu à un coin extérieur et encore davantage à un jardin. Les plus chanceux ont parfois droit à un balcon, dans le meilleur des cas une terrasse : le grand luxe ! Chez Homelike Home, on sait bien que dès que l’on a un petit extérieur, cela se paye cher même très cher quelquefois, et c’est en plus difficile à trouver, surtout quand on est plein soleil, sans vis-à-vis au calme…Mais sachez qu’avec un peu d’imagination tout est possible, place aux idées ingénieuses pour transformer votre extérieur en petit coin de paradis même tout petit !

Manger dehors : un must quand arrivent les beaux jours

Qui n’a pas rêvé de prendre l’apéro ou le repas au soleil ? De nombreux aménagements sont possibles sur de petits extérieurs : table dépliable, bar le long de la rambarde, tabouret en hauteur…

 

On se pose où ?

Les petits extérieurs, on y va souvent pour se détendre (voir même « faire une petite sieste » pour certains…) Chaise, transat, pouf, banquette et même hamac… Vous avez le choix. Nous on craque pour les palettes que vous pouvez facilement fabriquer vous-même : économique, simple et tellement tendance !

 

 

Choisir son sol

Un nouveau revêtement de sol peut donner un tout autre aspect à votre balcon. Souvent simple à poser, clipser ou à dérouler, vous pourrez l’installer vous-même : decking en  bois, dalles, herbe, carrelage, pierre, plancher… Il y en a pour tous les goûts.

Se sentir en pleine nature c’est possible !

Ombre ou soleil, aménager un coin de verdure demande réflexion !  En effet il est important de réfléchir aux plantes que vous souhaitez installer selon l’exposition de votre balcon. Avec un balcon au nord optez pour des plantes résistantes à l’ombre et l’humidité qui ont peu besoin de soleil (hortensias grimpants, fougères) . Au contraire si vous êtes au sud, optez pour des plantations qui apprécient le soleil (végétaux méditerranéens, lavande, jasmin, rosiers, lilas…)

Si vous souhaitez de la verdure toute l’année, choisissez des feuillages résistants au froid. En tant que parisiens vous savez que les hivers sont parfois rudes ! Jouez avec les périodes de floraison, les couleurs et les différentes tailles et types de plantes afin de créer une harmonie végétale qui évolue au fil de l’année.

 

Le détail qui change tout

Parfois une simple guirlande de lumière ou des lampions peuvent créer une ambiance romantique. Voici quelques idées à piquer pour chez soi afin d’illuminer vos plus belles soirées…

 

 

Avant de vous lancer, réfléchissez bien à l’atmosphère que vous voulez donner à votre balcon : zen, moderne, fleuri, minérale, et souvent en adéquation avec votre déco intérieure. Ne négligez pas l’entretien : choisissez des matières faciles à nettoyer, qui résistent dans le temps et qui sont adaptées à l’exposition, au vent, à la pluie très fréquente à Paris  mais aussi à la lumière du soleil !

L’été arrive, il n’y  a plus qu’à s’y mettre…

 

Photos : Pinterest 

 

Enregistrer

Depuis plusieurs années nous avons pris l’habitude de nous retrouver chaque mois autour d’un petit-déjeuner dans un lieu atypique dans Paris. Appréciant partager un moment de détente entre collègues, nous avons cette fois-ci décidé de convier les agences immobilières avec qui nous travaillons souvent, ainsi que celles avec qui nous n’avions pas encore eu l’occasion de collaborer.
Le petit-déjeuner s’est déroulé à la Fabrique Générale, un lifestore atypique et convivial situé dans le 17ème arrondissement de Paris.
Cet ancien atelier, déniché par Christophe Benoist-Lucy, architecte naval (on peut dire qu’il s’est fait plaisir dans la réhabilitation de cet ancien studio d’enregistrement !!!) et sa femme, la délicieuse Cerise Bentz, créatrice de la Cerise sur le chapeau, regroupe dans un même lieu, les plus belles motos chinées et restaurées par Christophe et les plus beaux chapeaux de Paris créés et réalisés par Cerise…
Le succès de l’événement a dépassé nos attentes : nous étions ravies de partager ce bon moment avec les agences venues pour l’occasion, mais aussi les partenaires avec qui nous travaillons au quotidien, avocat spécialisé en immobilier, courtier en prêt, notaire…. 
Depuis plus de 14 ans, Homelike Home travaille main dans la main avec les agences et nous sommes très fières des liens que nous avons créés avec elles ! 
Petit retour sur l’événement… en photos !

77

A bientôt pour le petit-déjeuner est !

Enregistrer

 

Les chiffres immobiliers du premier trimestre 2017 montrent un marché dynamique qui semble toujours en pleine croissance. Les prévisions du second trimestre tendent à dire que la capitale va être marquée par un record historique : un prix au m² jamais atteint. Voici les chiffres des notaires, ils sont tout frais !

Le volume de vente s’accélère

La France connaît actuellement une hausse conséquente des volumes de ventes de biens dans l’ancien. A Paris, le 1er trimestre s’inscrit 70% au-dessus du 1er trimestre 2016 ayant été très mauvais et 13% au-dessus d’un 1er trimestre moyen, sur la période de forte activité (1999-2007).  Avec plus de 10 000 logements vendus, c’est le meilleur 1er trimestre depuis 1991.  En Ile-de-France, le nombre de vente a augmenté de 38% si l’on compare le 1er trimestre 2017 à celui de 2016.

Le premier trimestre 2017 est donc marqué par une progression des ventes qui se maintient avec 10 440 logements anciens vendus : les élections présidentielles n’ont eu que très peu d’effet sur le marché de l’immobilier. Seule l’orientation à la hausse des taux d’intérêts a pu inquiéter les acheteurs et les inciter à concrétiser rapidement leurs acquisitions.

 

Qui dit hausse du volume de ventes dit souvent hausse des prix !

Et c’est effectivement Paris qui détient le record : sa hausse de prix fulgurante tire la globalité du marché à la hausse.  Sur les ventes de Janvier à Mars, le prix des appartements anciens s’élève à 8 450€/m², c’est-à-dire une hausse annuelle de 5,5%.

Après être monté à 8 460€ en Juin 2012, le prix du m² était redescendu à 7880€ en Mai 2015 : moins de 2 ans après, le prix du m² remonte en flèche.  D’après les indicateurs avancés (basés sur les avant-contrats des notaires), Juillet 2017 annonce un prix record de 8 800€/m² avec une hausse annuelle qui serait de 7%.

Le prix du m² selon les arrondissements

Au cours du premier trimestre 2017, le prix moyen au m² des appartements anciens, varie entre 6360€/m² dans le quartier de la Chapelle (18ème) et 14 850€/m² à Saint-Germain-des-Près (6ème).
(on rappelle qu’il s’agit de prix de vente net vendeur, hors frais d’agence éventuels)

La capitale compte actuellement 4 arrondissements au-dessus des 11 000€/m² : le 6ème, 7ème, ainsi que le 1er et le 4ème venus s’ajouter au groupe cette année. La hausse des prix est généralisée dans Paris (parfois jusqu’à plus de 10%) à l’exception du 7ème arrondissement.

 

 

 

Malgré ces prix fulgurants le nombre d’acquéreurs ne cesse de croître, il y a une pression accrue de la demande et la sélectivité du marché a diminué. Les acquéreurs sont contraints de se décider rapidement et les négociations sont largement réduites. Avec l’effet du Brexit les 5 pièces sont d’autant plus convoités par les français qui reviennent habiter dans la capitale. Etant déjà des biens rares à Paris, l’acquisition d’un grand appartement s’annonce plus compliquée encore.

Selon les notaires, les perspectives d’activité du marché parisien s’annoncent dynamiques durant les prochains mois. Le coup de frein envisageable serait une hausse des taux d’intérêts : bien que les prix de l’immobilier flambent, le pouvoir d’achat des ménages ne suit pas. La solvabilité des acquéreurs est uniquement dûe au maintien des taux d’intérêts à des planchers bas, ainsi qu’à à des facilités d’accès au crédit.

 

En tout cas, nous ne devrions pas manquer de travail pour vous dénicher la perle rare !

Si vous souhaitez visionner une vidéo sur les chiffres immobiliers, c’est par ici.

 

L’avis des chasseuses d’appart Homelike Home….

Bien que nous ne remettions pas en cause les chiffres et les prévisions notaires, évidemment, nous constatons qu’ils ont (et c’est logique) quelques semaines de retard.

Car après une frénésie d’achat rarement atteinte, que nous avons observée entre septembre 2016 et avril 2017 (couplée à une pénurie énorme de biens), nous constatons depuis les élections un léger coup de frein sur la demande, ce que nous confirment les agences qui ont nettement moins d’appels pour leurs annonces.

Est-ce que les acquéreurs sont fatigués de devoir se battre pour acheter à prix d’or? Moins pressés d’acheter puisque les taux ne sont finalement pas près de remonter ? (une légère baisse est même annoncée….) Effrayés par le niveau des prix, qui érode vraiment trop leur pouvoir d’achat? Les semaines qui viennent nous le diront, et nous viendrons en reparler par ici !

Enregistrer

A l’occasion de la fameuse nuit des musées, nous nous sommes rendus à la FLV : 1 heure d’attente pour enfin entrer dans la galerie… Vous pensez bien qu’on a eu le temps d’observer l’architecture du bâtiment et la fontaine illuminée qui, il faut le dire, vaut le coup d’œil à la tombée de la nuit !

Réalisé par l’architecte Frank Gehry (ne manquez pas ses 10 plus belles réalisation ici), cet espace emblématique ouvert au public depuis 2014, est un lieu d’exception consacré à l’art contemporain et la culture du XXe et XXIe siècle.

Avec une programmation proposant 2 temps forts par an, la fondation est aussi constituée d’un auditorium dédié à la danse et la musique, du restaurant « Le Frank » et d’une librairie.

 

ART/ AFRIQUE : Le nouvel atelier à ne pas manquer

L’exposition actuelle autour de l’art/ Afrique se divise en deux parties :

  • « Les Initiés » : Une sélection d’œuvres d’artistes venant d’Afrique subsaharienne. Sélectionnées par Jean Pigozzi et son conseiller André Magnin en 1989,  l’ensemble de ces œuvres veut rendre compte de la liberté et de l’originalité des démarches de ces artistes, jusque alors inconnus sur la scène internationale.

 

  • En deuxième partie l’exposition collective « Etre là » se consacre à l’Afrique du sud. Figure de référence au niveau artistique ou génération d’artistes nés dans les années 70 à 80, cette exposition met en lumière des artistes qui s’impliquent dans la situation économique et sociale et revisitent l’histoire de leurs pays. ETRE LA : ils en ont conscience et ont la conviction de pouvoir intervenir et jouer un rôle impactant grâce à leurs œuvres.

 

Au dernier niveau de la fondation sont présentées des œuvres d’artistes africains ainsi que d’autres artistes au regard tourné vers ce continent.

 

Alors cette expo, ça vaut le coup ?

Nous, on a adoré !  La visite dans l’obscurité met d’autant plus en avant les œuvres et l’architecture du lieu sublimés par les éclairages. La structure de l’exposition, d’intérieur comme d’extérieur est un lieu à part sur le territoire parisien : n’oubliez pas de flâner sur les terrasses qui surplombent l’édifice.

Au niveau de la composition de l’exposition, les œuvres sont variées tout en étant regroupées autour du même thème de l’Afrique : photos, vidéos, peintures, sculptures… Il y en a pour tous les goûts de 7 à 77 ans !

 

 

Infos pratiques FLV

Exposition « Art/ Afrique le nouvel atelier » du 26 Avril au 28 Août.

Adresse :  8 Avenue du Mahatma Gandhi – Bois de Boulogne – 75 116 – Paris

Notre bon plan : on vous conseille la visite de nuit tous les premiers vendredis du mois, ouverture jusqu’à 23h !

 

Crédit Photo : Maxime Werly 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’année 2016 a été marquée par une hausse de 254% du nombre de demande de nationalité française par les britanniques. Bien que depuis les attentats les américains aient largement réduit leurs investissements dans la capitale, le Brexit a eu l’effet inverse sur les français expatriés au Royaume-Uni et principalement à Londres.

A la recherche d’une résidence principale, d’un pied-à-terre ou d’un investissement, les raisons varient. On note cependant une cible fortunée qui investit principalement dans des biens haut de gamme.

 

La France : un marché intéressant pour les investisseurs

Au niveau immobilier, le marché français (et plus particulièrement parisien) rivalise avec ses confrères de l’union européenne. Ses caractéristiques en font un marché attrayant pour les investisseurs français et étrangers, qu’ils soient investisseurs institutionnels, sociétés cotées, fonds d’investissement fermés et ouverts…

Reconnu comme une valeur refuge avec peu de risques, l’investissement dans l’immobilier francilien est prisé par les investisseurs. La France occupe actuellement la première place des investissements en Europe.

Certaines entreprises anglo-saxonnes sont ainsi susceptibles de quitter le territoire et de venir se relocaliser en Europe occidentale. L’Ile-de-France semble être un point de chute attrayant pour les entreprises, mais ses contraintes fiscales et sociales représentent tout de même un frein si nous la comparons à d’autres villes européennes. Il est nécessaire de mettre rapidement en place des solutions concrètes afin d’attirer les investisseurs étrangers : accompagnement au transfert d’entreprise, aménagements fiscaux… L’enjeu économique est primordial.

 

Le Brexit pèse sur l’attractivité immobilière parisienne

On sait déjà combien toute crise peut avoir un impact sur le marché du logement, et déséquilibrer ainsi la délicate équation du marché. Les effets du Brexit rendent les expatriés et résidents méfiants vis-à-vis des conséquences à venir, et portent préjudice au marché britannique et surtout Londonien.

Le cabinet d’avocats d’affaires Baker & McKenzie a réalisé une enquête sur 250 cadres ressortissants européens localisés à Londres, dont les entreprises font partie du principal indice boursier britannique. Parmi les interrogés, 56 % d’entre eux ont affirmé être prêts à quitter le Royaume-Uni d’ici moins d’un an, dont 43 % du secteur financier.

Tous les expatriés ne sont pas décidés à revenir en France, mais sont inquiets du devenir de la situation économique au Royaume-Uni. Beaucoup cherchent à investir et achètent donc des pieds-à-terre, au « cas où ». 2016 a enregistré une hausse de 10% des demandes de pieds-à-terre, un chiffre toujours en hausse.

 

Macron élu : un fait positif pour le Royaume-Uni ?

Le Brexit oui, mais pas que. L’élection d’Emmanuel Macron a rassuré les acquéreurs étrangers qui craignaient l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir. La promesse du nouveau président d’exclure de l’assiette de l’ISF les patrimoines financiers, couplée à une large majorité législative, est un avantage considérable qui pousse les riches britanniques à rejoindre la capitale.  En parallèle, la dépréciation considérable de la livre sterling a lourdement sanctionné le pouvoir d’achat des travailleurs, qui cherchent à investir leur argent dans une monnaie forte : l’Euro.

 

Un marché de niche qui explose

A la recherche de biens hauts de gamme, les britanniques investissent les beaux quartiers et banlieues huppées de la capitale. Parmi ces acquéreurs, on note de nombreux retraités nantis, et businessmen.

L’année 2016 a été marquée par une hausse des transactions sur les biens haut de gamme : le volume de ventes de biens d’un montant supérieur à 2 millions d’€ a bondi de 31% en 2016, soit plus d’un milliard d’euros de vente réalisé par 14 agences parisiennes.

Représentant 1% des ventes, ce marché de niche a été très bénéfique aux agences commercialisant des biens de luxe. En 2016, le prix du m² de plus de 15 000€ a progressé de 9%. Les britanniques représentent aujourd’hui 10% des acheteurs étrangers. Ils occupent la deuxième place derrière les italiens qui représentent 17% des acheteurs.

 

Cet afflux d’acquéreurs britanniques a donc un impact direct sur l’augmentation des prix de l’immobilier à Paris et donc sur la baisse du pouvoir d’achat immobilier de la population locale. En plein boum, le secteur de l’immobilier de luxe à Paris est le premier touché par l’effet du Brexit, avec des prix qui pourraient être touchés par une hausse de 10 à 20% dans les mois à venir.

Charlotte notre nouvelle recrue, tout juste rentrée de Londres témoigne :

« Le 23 Juin 2016, les expatriés français, dont je faisais partie, ont subi une véritable onde de choc, surtout à Londres. Avec cette sortie annoncée de l’union européenne, il y a deux écoles : ceux qui préfèrent anticiper et rentrer et ceux qui attendent de savoir quels seront les nouveaux accords commerciaux négociés entre l’Angleterre et l’Union Européenne. Dans tous les cas, l’avenir des ressortissants européens est incertain sur le sol anglais, il faudra attendre le 29 mars 2019, fin des deux années de négociations après l’enclenchement de l’article 50. D’ici-là, il faut s’attendre à une vague de retours de français expatriés mais aussi de britanniques pro-union européenne. Wait and see….»

 

On attend donc de voir ce que va donner la négociation entre Londres et Bruxelles : affaire à suivre !

Enregistrer

Enregistrer

Entre étudiants, salariés, retraités… La colocation n’est plus réservée seulement aux jeunes.  Avec des prix de l’immobilier qui atteignent des sommets et l’évolution du mode de vie, la colocation a tendance à se démocratiser en France et plus particulièrement dans les grandes villes étudiantes ou attractives économiquement, tel qu’à Paris, Bordeaux, Lyon…

Pourquoi choisir la colocation ?

  • Une chambre dans un bel appartement proche du centre-ville, c’est souvent mieux qu’un studio étroit en périphérie (et ça évite les looongs trajets du matin !) D’autant plus qu’un logement seul n’est pas toujours facile à trouver dans les quartiers du centre…
  • Au niveau financier, rien à dire : la colocation fait du bien au porte-monnaie.
  • Pouvoir profiter des espaces de vie à plusieurs, c’est plutôt agréable.
  • Mais surtout un nouveau mode de vie : partage des tâches, vie en communauté, rencontres, repas en groupe… on n’a pas toujours envie de se retrouver seul après le boulot !

 

 

Les salariés : plus nombreux que les étudiants

 

Saviez-vous qu’en France il y a actuellement plus de salariés en colocation que d’étudiants ?  Apartager, le site n°1 de la colocation en France, comptabilise 45% de salariés parmi ses actifs contre 40% d’étudiants ! Un chiffre pourtant encore faible comparé à l’Angleterre où les salariés représentent 66%, et au Luxembourg où ils représentent 73% des utilisateurs de la plateforme.

 

 

 

Une fille de l’équipe qui vient d’emménager en colocation se confie : « A 28 ans, j’avais besoin d’espace tout en ayant un petit budget : la colocation m’a semblé idéale. J’ai donc cherché dans les quartiers qui me plaisaient et qui étaient bien desservi par le métro, puis je suis allé à la rencontre des locataires, afin de voir si nos modes de vie étaient compatibles. Aujourd’hui, face à un marché parisien compliqué et coûteux, et des premiers salaires plus tardifs, cela me semble être une bonne solution ! »

Cohabiter et avoir un mode de vie communautaire dans des logements plus spacieux, tout en payant moins cher, voilà ce qui séduit tant les salariés et même les couples trentenaires.  Certains prennent même la décision d’acheter à plusieurs en montant leur propre société immobilière… un choix de vie collectif loin des schémas classiques, où les colocataires sont aussi propriétaires !

 

La colocation intergénérationnelle

Le principe est de mettre en relation des personnes âgés vivant souvent seules, avec des étudiants ou actifs à la recherche d’une chambre comme pied-à-terre. MamyRoom a développé ce concept innovant à travers une plateforme en ligne où l’offre rencontre facilement la demande. Echange de services, repas, rémunération… chaque offre est unique, et l’occasion de créer une belle complicité entre jeunes et seniors !

 

Ça me revient à combien ?

Tout dépend de votre lieu d’habitation : on sait bien que niveau prix, ça se complique à Paris…

En France en 2017, le loyer moyen pour une colocation s’élève à 475€ par mois : un chiffre qui a très peu augmenté depuis 2016. À Paris le prix du loyer qui s’élevait déjà à 580€ par mois en 2016, s’est vu augmenté de 4% en 2017, atteignant ainsi une moyenne de 610€ de loyer par mois.

 

Alors, tentés par l’expérience de la colocation ? Si oui, vous avez compris qu’il n’est jamais trop tard ! Sachez qu’il existe même des Apéro coloc’ ou Coloc’Dating dans les grandes villes, pour peut être rencontrer vos futurs colocataires… Un dernier conseil : choisissez les bien !

 

Vendredi 12 mai 2017, nous avons organisé un vernissage photos, et profité de l’agence immobilière Casa Ferrandi et de la boutique-librairie Appétit pour réunir tous nos amis, agences immobilières, mais aussi passionnés de food, de voyages et de photos.

L’exposition avait pour thème la Street Photo, autour de 2 univers : les USA et le FOOD.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sandrine et Clotilde nous ont accueilli dans leur librairie culinaire pas ordinaire, Appétit, (normal on est pas très loin de l’école de Cuisine Jean Ferrandi et la rue s’appelle Jean Ferrandi !!!).
Nathalie et Jérôme nous ont hébergé dans leur agence immobilière, Casa Ferrandi, style petit atelier plein de charme, comme on aimerait en dénicher plus souvent…

 

 

Romain de la cave-épicerie Muraato, est venu spécialement de Lyon pour nous faire découvrir ses vins corses préférés…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et aussi La start-up food « mon garde manger » a organisé une dégustation-vente.

Bref, une belle soirée avec nos amis, nos clients, et surtout autour de bons vins corse et charcuterie corse…pour découvrir des images prises sur le vif entre Paris, Los Angeles, Chicago, Tokyo.

Rodolphe PELOSSE raconte en quelques photos, ses voyages et son goût pour le « bouillon urbain »

on vous laisse découvrir la suite en images…

 

Les photos USA sont encore visibles tout le mois de mai, jusqu’au vendredi 2 juin chez Casa Ferrandi, 12 rue Jean Ferrandi 75006 et les photos « Food » chez Appétit. Alors, courez pour prendre un bouillon urbain avant la fin du mois, par contre le vin est reparti à Lyon mais vous pourrez toujours le découvrir dans la Food & Wine boutique Muraato lors de votre prochain passage à Lyon…

 

 

 

 

Enregistrer

 

« Ma priorité est l’accès de tous à un logement adapté, à prix adapté, dans un environnement de qualité. » Voici l’objectif majeur de Monsieur Macron, fraîchement arrivé à l’Elysée.

Créer un choc d’offre pour réduire les prix jusqu’alors très élevés est son premier objectif afin de répondre à la forte demande de logement dans certaines zones tendues.

Dans les zones moins tendues son intention est de favoriser la mixité sociale et le « vivre ensemble ».  Confiance et stabilité sont ses mots d’ordre concernant l’immobilier.

Mais alors concrètement, que propose-t-il ? En quelques points, voici les projets de Macron afin de comprendre les changements qui vous attendent…

 

  • Taxation sur les plus-values immobilières : à priori aucune nouvelle mesure. La vente d’une résidence principale est totalement exonérée tandis que la taxation de 34,5% sur la vente d’une résidence secondaire, reste toujours d’actualité.

 

  • Une taxation fixe et unique de 30% sera appliquée sur les revenus tirés des capitaux. Actuellement les taux étaient fixés en fonction de la tranche marginale d’imposition (TIM). Si les revenus perçus par vos capitaux et notamment vos loyers sont taxés à plus de 30%, alors c’est en votre faveur ! Cette mesure pourrait-être un réel avantage pour les propriétaires-bailleurs mais rien n’est encore décidé, toucher à la fiscalité sur les revenus fonciers peut s’avérer être un véritable « coup dur » pour les caisses de l’état.

 

  • Lencadrement des loyers : oui, mais pas partout. Paris et Lille sont pour le moment, les seules villes concernées par cette mesure. Souvent perçue comme désavantageuse par les propriétaires-bailleurs et investisseurs, cette mesure vise à être dans le temps réévaluée voir même supprimée si l’offre et la demande s’égalisent.

 

  • La taxe d’habitation exonérée pour 80% de la population : c’est le projet de Macron d’ici les 3 ans à venir, qui juge cette taxe injuste. Considérée comme un impôt qui a surtout tendance à peser sur les populations moyennes, son abrogation sera bénéfique à plus de 18 millions de français.

 

  • L’ISF toujours présent mais applicable uniquement sur le capital immobilier. Le président a exprimé sa volonté de ne plus appliquer cet impôt sur le capital mobilier qui selon lui, « finance l’économie réelle ». Sont concernés par l’ISF, ceux dont le patrimoine excède les 1,3 millions d’euros soit en moyenne 342 942 français. Les prix de l’immobilier en constante augmentation mais le barème et les seuils de l’ISF n’étant pas modifiés, chaque année d’avantage de français sont imposables à l’ISF.

 

  • Le dispositif Pinel et le PTZ sont reconduits : un moyen de conserver une stabilité du secteur immobilier tout en relançant l’offre dans les zones les plus tendues.

 

  • Mise en place d’un bail mobilité pour les publics les plus précaires : d’une durée pouvant aller jusqu’à un an, il donnerait moins de droits au locataire facilitant ainsi l’accès au logement. Le président a annoncé sa volonté de stopper les locations privées à travers les plateformes de location touristique, dont Airbnb qui est un acteur majeur.

 

  • Concentrer la construction dans les zones tendues : « construire moins, cibler mieux » Pour cela, il mise sur le recours à des dispositifs exceptionnels afin de faciliter les chantiers et la construction. Son objectif : la construction de 70 000 logements en Ile-de-France (contre 45 000 aujourd’hui) et 45.000 logements en PACA. Dans la continuité de cette mesure, Macron propose de faciliter les candidatures aux logements sociaux et de rendre plus transparent le mécanisme de cotation des demandes.

 

  • Les APL sont remises en cause par le président qui juge ces aides comme ayant eu un effet inflationniste sur l’immobilier : les propriétaires ont profité de la généralisation de ces aides pour augmenter le prix de leurs loyers. L’efficacité des APL est à nuancer, leurs remise en cause semble donc à prévoir par le président.

Laissons le temps à notre nouveau président de s’installer et de prendre ses fonctions, d’ici quelques semaines nous en saurons un peu plus sur les mesures immobilières… stay connected ! 😉

 

Chez Homelike Home, on aime bien les traditions et il existe une tradition que l’on aime particulièrement, c’est celle du petit déjeuner d’équipe….

On a organisé un petit dej au mois de février, et oui ça date un peu mais on a pas eu le temps de vous en parler avant, vu notre activité intense de chasse d’appartement…

Donc, un petit dej chez Madeleine et Gustave, notre boutique de déco préférée dans le 10ème arrondissement…et en plus ils avaient privatiser le lieu pour que notre équipe se sente à l’aise…et comme chez soi…un peu dans l’esprit Home like Home !

 

Pascale GIBERT, géniale fondatrice de ce concept de boutique déco avec la création de pop up store à travers la France, nous a régalé avec un petit dej absolument délicieux et en plus, tout est fait maison, ou presque..;. On se demande comment ces entrepreneurs font pour trouver encore un peu de temps libre pour organiser un petit dej de rêve avec 20 personnes et ouvrir la boutique à 11h , comme si de rien était.

 

 

 

 

 

 

 

En tous les cas, on s’est régalé, et en plus notre notaire préféré était parmi nous ce jour là…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On en a profité pour faire notre shopping en toute tranquillité. Le lieu est tellement beau, style loft new yorkais sur 3 niveaux avec un sol en béton ciré et les murs blancs et escalier en métal…que l’on a envie de tout acheter.

 

 

Loin d’être révolu, le temps des sites e-commerce a pris récemment un nouveau tournant. On peut voir depuis quelques temps, les marques de sites en ligne s’investir dans des boutiques physiques au concept novateur. Les boutiques d’ameublement et de décoration sont en tête : tour d’horizon de ces marques qui dépassent les limites de l’e-commerce, en proposant une mise en situation des objets en vente, via le site.

 

Le concept

« Une boutique pensée comme un appartement. »

Toucher, essayer, manipuler, tester les produits… cela reste finalement une priorité pour le client. Et ça, les sites de e-commerce l’ont bien remarqué. Bien qu’indispensables, les sites de vente en ligne ont pris conscience de la nécessité de s’ouvrir et de proposer un canal supplémentaire, plus proche du client.

Le principe de ce nouveau type de magasin consiste donc à exposer les produits tout en continuant la vente en ligne : le magasin devient une prolongation du site internet.  Le lieu non conventionnel se doit donc d’être sélectif et représentatif de la marque qu’il incarne.

 

La relation client : un point essentiel

Bien qu’internet ai modifié les comportements d’achat, l’acquisition d’un meuble reste un investissement sur le long terme. Avec ce nouveau type de structure, le client peut ainsi retrouver un service de qualité, avec des conseils avisés et personnalisés de professionnels du secteur.

La relation client-client c’est possible ? Eh bien oui ! Made.com a lancé Unboxed, une interface visuelle mettant en scène les produits achetés par les clients sur le site. On retrouve ainsi les photos d’intérieur des internautes qui peuvent ainsi être une source d’inspiration pour les autres : le nouveau Pinterest « maison » est né !

 

 

Une expérience client qui se démarque

Fini les rayons conventionnels et les objets alignés : en rentrant, vous aurez la sensation de visiter l’appartement ou le loft de vos rêves ! Avec une disposition des objets réfléchie et un renouvellement fréquent des collections, ces boutiques ont un goût de « revenez-y».

Découvertes en avant-première et exclusivités, collections capsules et même séances de coaching déco et interventions de designers reconnus pour certains… la vie des boutiques promet d’être animée !

L’appartement AMPM en a même fait un lieu d’exposition : la photographe Marie-Pierre Morel y a exposé sa série « Au fil du Japon ». C’est également le cas de la boutique Made qui propose aux jeunes talents de dévoiler leurs œuvres : fleuristes, coffee shop, artistes et créateurs sont aussi invités à enrichir l’expérience client.

 

Une prouesse technologique : l’achat intelligent

Ce nouveau type de magasins reste finalement un moyen de prôner l’e-commerce : plaquettes tactiles et ordinateurs sont mis à disposition afin de permettre au client de vivre une expérience et un processus d’achat 100% connecté.

A Miliboo comme dans les autres boutiques, il est possible de consulter le catalogue en ligne et de créer votre caddy depuis les tablettes tactiles ou votre smartphone. Vous scannez en magasin le produit qui vous intéresse et instantanément apparaît sur votre écran la fiche produit. En en clic vous pouvez ensuite décider de l’intégrer dans votre caddy et de commander directement. Pratique.

En matière de technologie, Miliboo est un précurseur : casques de réalité virtuelle, écrans tactiles, personnalisation des objets sur des écrans géants… une expérience à tenter !

 

PS : Pour ceux ou celles qui n’aiment pas ressortir des magasins les mains vides, il est tout de même possible d’acheter de petits objets tels que des cartes, bougies, serviettes…

 

Notre liste de showrooms à Paris :

 

Le + du magasin : Rencontres avec les designers invités des collections, séances de coaching déco avec des architectes d’intérieurs, découvertes en avant-première d’exclusivités… Une animation en boutique tout au long de l’année !

155 m² – 10 rue du Trésor, Paris 4ème.


 

Le + du magasin : La grande verrière dans la boutique au style loft de la rue Bonaparte… vous auriez presque envie d’y prendre un café !

300 m² – 60 avenue Victor Hugo, Paris 16ème. (+ appartement)

350m² – 62 rue Bonaparte, Paris 6ème. (+ loft) 

 

 

Le + du magasin : Imprimantes 3D, écrans tactiles, personnalisation de produits, réalité virtuelle… le numéro 1 du high tech !

600 m² – 100 rue Réaumur, Paris 2ème.


 

Le + du magasin : Des produits design et de qualité à des prix attractifs grâce à une absence de stock et d’intermédiaires. Le site regroupe chaque semaine les commandes pour fabriquer les produits à l’unité : et ça marche !

840 m ² – 52 rue Étienne Marcel,  Paris 2ème.


 

Le + du magasin : Un lieu un peu plus intimiste qui propose aussi des boites de rangements et jouets pour enfants, cadeaux de naissance et accessoires de mode.

60 m² – Quartier Pigalle 72 rue des Martyrs 75009 Paris.

 

Le + du magasin : Une partie déco et… une partie prêt-à-porter avec des pièces à essayer. Quoi de plus agréable que de mixer mode et décoration ?

400 m² – 1 rue Saint Fiacre, Paris 2ème.

 

Chez Homelike Home, on ne peut que vous encourager à aller faire un tour dans une de ces boutiques !

Amatrices ou amateurs de déco aller voir notre article sur le marbre, la matière à la mode ou sur la vaisselle aperçue au salon Maison & Objet.

04/25/2017